Les nouveaux élus ont fait leurs devoirs

Le nouveau conseil d'Ottawa tiendra sa première réunion... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le nouveau conseil d'Ottawa tiendra sa première réunion officielle mercredi matin, cinq semaines après l'élection municipale.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les nouveaux membres du conseil municipal semblent avoir fait leurs devoirs en vue de la première séance du conseil municipal mercredi matin.

Lors de cette réunion, les 24 élus - dont huit recrues - devront se prononcer sur un rapport de gouvernance, déposé la semaine dernière par l'administration municipale et qui vise à établir la structure des comités ainsi que diverses politiques pour le prochain mandat.

« C'est un dossier important parce qu'il s'agit de la direction du conseil pour les quatre prochaines années. J'ai lu le rapport plusieurs fois et je suis prêt », soutient Tobi Nussbaum, l'échevin de Rideau-Rockcliffe, qui a défait Peter Clark aux dernières élections municipales.

D'ailleurs, même si cette réunion aura lieu 48 heures après leur cérémonie d'assermentation, tenue lundi soir à Nepean, les nouveaux conseillers ont déjà commencé leur travail en coulisse. Le document municipal de 177 pages a été la source de discussion au cours des derniers jours.

« Avec une brique du genre, il y a eu des discussions dès lundi (avec ses homologues) pour déterminer si c'est impossible, ou si c'est possible et surtout si c'est désirable », commente à son tour Jean Cloutier, recrue dans Alta Vista.

Même son de cloche du côté du conseiller de Gloucester-Nepean Sud, Michael Qaqish, un nouvel élu ayant toutefois six ans d'expérience en matière de politique municipale à titre d'adjoint administratif.

« C'est beaucoup de lecture. Il y a quelques changements ici et là à apporter à mon avis, mais dans l'ensemble, il s'agit d'assurer une certaine continuité. Il n'y a pas de réforme majeure à l'horizon. »

Pouvoir du maire contesté

Néanmoins, le vétéran de la table décisionnelle, Eli El-Chantiry a dressé une opposition à un des changements suggérés par le document, donnant les pleins pouvoirs au maire Jim Watson quant à l'évaluation du rendement du directeur général et du vérificateur général de la municipalité.

Selon le représentant du quartier Carleton Ouest-March, une telle responsabilité « ne doit pas être centralisée », question d'assurer plus de transparence au processus. À son avis, les deux maires suppléants d'Ottawa - un poste qu'il détenait lors du dernier mandat - devraient être inclus dans une telle décision. M. El-Chantiry prévoyait d'ailleurs apporter une motion ce matin pour faire valoir son inquiétude, mais le maire Watson aurait déjà donné son aval à une telle proposition. « Il n'y a plus de conflit », a-t-il lancé au représentant du Droit hier lorsque croisé à l'hôtel de ville.

Quoi qu'il en soit, les élus participeront à leur première réunion officielle ce matin, cinq semaines après leur élection et l'apprentissage des rouages de l'appareil municipal à « l'école des conseillers ».

« Est-ce qu'on se sent à l'aise ? Même s'il n'y avait rien à l'ordre du jour, il y a quand même une certaine incertitude parce qu'il s'agit d'une première », a signalé M. Cloutier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer