Le nombre de nouveaux clients bondit de 34%

De plus en plus de nouveaux clients se présentent dans banques d'alimentaires... (PHOTO D'ARCHIVES)

Agrandir

PHOTO D'ARCHIVES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De plus en plus de nouveaux clients se présentent dans banques d'alimentaires de l'Ontario, notamment à Ottawa où le nombre de foyers ayant recours à un tel service pour une première fois a bondi de 34% depuis un an.

«Cette année, 673 nouveaux ménages ont eu recours à nos services alors qu'en 2013, ce nombre se chiffrait à 502», informe Michael Maidment, directeur général de la Banque alimentaire d'Ottawa.

Cette hausse de 34% est nettement plus élevée qu'en province. Dans son rapport annuel dévoilé hier, l'Association ontarienne des banques alimentaires (AOBA) a établi la moyenne provinciale pour ce groupe de personnes à 20%. Les conditions de travail plus difficiles depuis la récession de 2008 seraient particulièrement en cause, soutient Amanda King, porte-parole de l'AOBA.

«Les emplois instables, l'absence de salaires fixes et la hausse du coût de la vie comme la nourriture, le transport, l'électricité et l'essence forcent un nombre croissant d'Ontariens à choisir entre payer leurs factures ou mettre de la nourriture sur la table.»

Depuis sept ans, le nombre de personnes ayant eu recours aux banques alimentaires en province est passé de 314000à 375000 en moyenne par mois. De ce nombre, plus du tiers sont des enfants.

«Dans notre cas, nous desservons en moyenne 51163 clients par mois. Il s'agit d'une hausse de 5% comparativement à l'année dernière. Mais plus de 37% de tous nos clients sont des enfants. C'est beaucoup», s'inquiète M. Maidment.

Les femmes âgées de 18 ans et plus, les célibataires, les familles monoparentales et les personnes nécessitant de l'aide sociale ou qui louent un logement composent la plus grande partie des clients. À l'inverse, les itinérants ne comptent que pour 0,8% des personnes desservies par les banques alimentaires.

Période critique

La période des Fêtes est synonyme de campagne de financement pour les banques alimentaires.

«Nous recueillons environ 40% à 50% de nos provisions annuelles pendant cette période critique. Beaucoup de gens versent des dons financiers par l'entremise de notre site Internet. Cela facilite notre travail, car nous n'avons pas besoin de consacrer autant de ressources pour la cueillette et le tri de denrées alimentaires. De plus, chaque dollar que nous amassons nous permet d'acheter pour 5$ de produits, souvent des aliments périssables comme du lait, des oeufs et des fruits et légumes», affirme M. Maidment.

Plusieurs collectes d'aliments sont déjà en cours dans quelque 500 milieux de travail ottaviens, souligne-t-il. La 30e édition de la collecte d'OC Transpo/Loblaws a aussi lieu ce samedi à Ottawa. Les citoyens pourront alors faire des dons dans toutes les épiceries Loblaws d'Ottawa.

«C'est vraiment notre plus grande collecte d'aliments. Elle nous permet de faire un mur de nourriture à notre entrepôt», signale M. Maidment.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer