Dénouement dans l'affaire de l'école Our Lady

Les tribunaux ont ordonné à l'entrepreneur de protéger... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Les tribunaux ont ordonné à l'entrepreneur de protéger et de stabiliser les façades ouest et sud, ainsi que les fondations du bâtiment historique. Le reste du bâtiment doit être démoli.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Droit

Un jugement de la Cour supérieure de l'Ontario mène finalement à un dénouement dans la dispute entre la Ville d'Ottawa et le promoteur Claude Lauzon à propos de l'ancienne école Our Lady, dans la Basse-Ville.

Les tribunaux ont ordonné à l'entrepreneur de protéger et de stabiliser les façades ouest et sud, ainsi que les fondations du bâtiment historique. Le reste du bâtiment doit être démoli. M. Lauzon doit également sécuriser les murs de façon à permettre la circulation des piétons sur les rues Cumberland et Murray. Le tout doit être complété avant le 23 décembre.

La Cour supérieure ordonne également à Claude Lauzon de verser 140 000 $ à la municipalité. Le promoteur souhaite démolir l'ancienne école depuis près de 10 ans, après que des ingénieurs eurent décelé d'importants problèmes structurels. La Ville d'Ottawa s'y opposait pour des raisons patrimoniales.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer