Fin des classes à l'«école des conseillers»

L'«école des conseillers» est désormais terminée pour les huit nouveaux membres... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'«école des conseillers» est désormais terminée pour les huit nouveaux membres du conseil municipal de la Ville d'Ottawa.

Tout au long du mois de novembre, ces élus ont appris les rudiments de leur métier en vue de leur assermentation le 1er décembre prochain.

Ainsi, d'une journée à l'autre, les nouveaux visages ont approfondi leurs connaissances sur les divers dossiers de la municipalité, comme l'urbanisme, le transport en commun ou l'élaboration d'un budget, mais aussi sur le rôle des conseillers, les procédures du conseil municipal, voire comment utiliser leur micro lors des réunions de la table décisionnelle.

Jeff Leiper, nouvellement élu dans Kitchissippi, est du nombre qui a salué ce retour sur les bancs d'école.

«Ce fut extrêmement utile. Par exemple, les conseillers en place et des membres du personnel ne nous ont pas seulement aidés avec les divers sujets inhérents à la vie municipale, mais surtout la mécanique derrière l'appareil municipal. Nous avons pu avoir un aperçu en coulisses nous permettant de mieux comprendre comment les choses fonctionnent à l'hôtel de ville.»

M. Leiper reconnaît que son expérience antérieure à titre de président de l'Association communautaire de Hintonburg lui a permis d'avoir une certaine idée du rôle d'échevin. Toutefois, les formations qu'il a suivies, et bon nombre de «discussions informelles» avec le personnel de la Ville ont quelque peu changé sa vision de la municipalité.

«C'est vraiment la première fois que je comprends les responsabilités énormes d'une ville, dont tous les programmes qu'elle offre. Ça m'a vraiment ouvert les yeux sur ce monde. Néanmoins, ces séances de trois heures ne dressent qu'un portrait sommaire des différents aspects de la municipalité. Nul doute, je vais apprendre sur le tas.»

La réalité est quelque peu différente pour Catherine McKenney. La nouvelle élue dans Somerset est bien connue à l'hôtel de ville pour y avoir travaillé pendant une dizaine d'années. Elle a d'abord oeuvré dans les bureaux des conseillers Diane Holmes et Alex Munter et au cours des six dernières années, comme assistante au directeur général adjoint d'Ottawa, Steve Kanellakos.

«C'est assez fréquent qu'un nouveau conseiller soit élu après avoir travaillé du côté politique de la municipalité. Mais ça l'est un peu moins quand on provient du côté bureaucratique. La dynamique devrait être intéressante», soutient la principale intéressée.

Contrairement aux nouveaux membres inexpérimentés, Mme McKenney possède un bagage municipal qui fait en sorte qu'elle comprend assez bien les rouages de la vie publique. «Autrefois, j'ai même donné certaines des séances de formation auxquelles j'assiste cette fois!», lance-t-elle, sourire en coin.

Néanmoins, elle avoue que «l'école des conseillers» a quand même ses avantages.

«Elle m'a permis de rencontrer mes nouveaux collègues, dit-elle. Les sessions d'information m'ont aussi permis de me familiariser avec des aspects dont je n'avais pas à me préoccuper auparavant, comme les procédures du conseil municipal. Chose certaine, elles me font réaliser que je serai beaucoup plus occupée à titre de conseillère municipale. Ça ne me dérange pas cependant, je suis une férue de la politique municipale.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer