Livres en retard, amendes impayées

L'an dernier, la Bibliothèque publique d'Ottawa a prêté... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

L'an dernier, la Bibliothèque publique d'Ottawa a prêté plus de 11 millions de documents à ses membres.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Livres perdus, volés ou abîmés, amendes de retard et frais administratifs: chaque année, la Bibliothèque publique d'Ottawa envoie des milliers de factures aux résidents les plus délinquants. Le hic, c'est qu'elle est incapable de récupérer les sommes qui lui sont dues.

Et le manque à gagner est considérable. Depuis 2009, la Bibliothèque publique d'Ottawa a ainsi dû lever le nez sur plus de 2,3 millions$, révèlent des calculs effectués par LeDroit, grâce à des documents obtenus en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

Malgré tous ses efforts, en cinq ans et demi, la Bibliothèque publique d'Ottawa n'a pu récupérer qu'un maigre 16147,68$, de quelques bons samaritains qui ont choisi d'acquitter les frais qui leur étaient facturés. Un montant qui équivaut à 0,68% des frais facturés aux usagers.

Évidemment, les sommes non perçues les plus imposantes émanent de la succursale centrale, à l'angle de l'avenue Laurier et de la rue Metcalfe, au centre-ville.

C'est aussi là où le volume de transactions est le plus important. N'empêche, depuis plus de cinq ans, la bibliothèque n'a récupéré qu'un peu plus de 3000$ sur près de 456000$ de frais facturés.

Le problème est généralisé dans les autres succursales de la ville. Que ce soit à la bibliothèque de Nepean Centrepointe, Carlingwood, Greenboro ou Alta Vista, le constat est le même. La Bibliothèque publique d'Ottawa n'arrive qu'à récupérer une fraction des sommes qui lui sont dues.

Dans certains cas, comme à la succursale de Fitzroy Harbour, ce sont plutôt des miettes. En cinq ans, on a réussi à récupérer seulement... 2$.

«On ne regarde pas ça par succursale, mais sur l'ensemble du réseau. On parle d'environ 440000$ par année. C'est beaucoup, mais on fait tout en notre possible pour le récupérer. On a mis plusieurs mesures en place pour éviter ce genre de choses-là», explique la directrice aux services généraux de la bibliothèque, Monique Désormeaux.

En 2006, la Bibliothèque publique d'Ottawa était confrontée à un problème similaire, avec un manque à gagner d'environ 3 millions$ pour les frais et les amendes impayées. Elle avait, à l'époque, fait le choix de se tourner vers une agence de recouvrement.

Cette agence est toujours au service de la bibliothèque, nous indique-t-on. Toutes les amendes de plus de 50$, impayées au bout de 30 jours, lui sont référées. Les résultats sont cependant invisibles, ou presque, dans la colonne des frais recouvrés.

L'an dernier, la Bibliothèque publique d'Ottawa a prêté plus de 11 millions de documents.

«Ça fait partie du service qu'on offre. Le fait de prêter des documents, on s'attend qu'il va en avoir certains qui ne seront pas rapportés. Il y a beaucoup d'étudiants (à Ottawa), beaucoup de familles qui déménagent, beaucoup de familles en difficultés. Ils oublient de les rapporter. Et plutôt que de les rapporter, ils ne reviennent plus à la bibliothèque», se désole Mme Désormeaux.

«La carte de membre est renouvelable tous les ans. Toutes les amendes doivent être payées avant de la renouveler. Au courant de l'année, lorsque les gens accumulent des amendes, des courriels sont envoyés. On leur dit que s'ils veulent éviter des amendes, ils peuvent renouveler leurs documents en ligne ou les retourner», poursuit-elle.

Bien décidée à limiter les pertes, la Bibliothèque publique d'Ottawa a même choisi d'augmenter le nombre de courriels envoyés aux plus délinquants.

«Avant, on en envoyait un, là on en envoie plus. On a aussi une campagne par l'entremise des médias sociaux et notre site Web», dit-elle.

Des mesures qui semblent bien loin d'effrayer les quelque 343000 membres du réseau.

Avec William Leclerc, La Presse

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer