Les hommes sommés de « MANifester le changement »

«La violence contre les femmes n'est pas juste... (Archives La Presse)

Agrandir

«La violence contre les femmes n'est pas juste un enjeu féminin. Ça implique tout le monde», soutient Matt Schaaf, coordonnateur de la Coalition d'Ottawa contre la violence faite aux femmes.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une nouvelle campagne de sensibilisation, initialement amorcée dans une école secondaire d'Ottawa, engage les garçons et les hommes à briser le cycle de la violence contre les femmes, notamment en dénonçant publiquement ces actes répréhensibles à l'aide d'un «selfie».

Le mouvement «Je peux MANifester le changement» a été lancé hier à l'école secondaire Longfields-Davidson Heights du secteur Barrhaven. Il a pris naissance à la suite d'une autre initiative des adolescents de cette institution, entamée plus tôt cette année.

«L'idée a pris origine à la suite d'une conférence de Glen Cannon à l'hôtel de ville. Nous étions tous ébranlés par ses propos et à notre retour, nous avons convenu qu'il fallait absolument agir. C'est à ce moment que nous avons décidé de créer 'Man up', qui visait à responsabiliser les hommes», explique Euan Scoffield, un élève de 17 ans à la tête du mouvement scolaire.

Rappelons la fille de 17 ans de M. Glennon, Rehtaeh Parsons, s'était suicidée l'année dernière en Nouvelle-Écosse, 18 mois après avoir été victime d'un viol collectif. Le drame aurait été photographié par des témoins qui avaient ensuite diffusé les images dans Internet pour intimider l'adolescente. Aucun chef d'accusation n'avait été déposé contre les présumés agresseurs.

Pas cool, mais inacceptable

«Nous tentons de changer ce que signifie être un homme pour mettre fin à la violence contre les femmes, reprend Euan Scoffield. Nous voulons changer la notion de ce qui est cool et ce n'est certes pas en tenant des propos dégradants et sexistes. Nous sommes les plus âgés de l'école et nous devons montrer l'exemple aux plus jeunes élèves. C'est ça qui est cool. La violence faite aux femmes est inacceptable.»

À la suite de cette campagne locale dans l'école secondaire, la Coalition d'Ottawa contre la violence faite aux femmes (COCVFF) et Prévention du crime Ottawa ont pris la balle au bond pour tenter de sensibiliser un plus grand nombre d'hommes dans la capitale nationale. Ils ont ainsi lancé leur propre campagne pour «MANifester le changement»

«La violence contre les femmes n'est pas juste un enjeu féminin. Ça implique tout le monde. Toutefois, les hommes semblent parfois réticents à agir. Pourtant, les garçons et les hommes ont un rôle important à jouer pour mettre fin à ce fléau, soutient Matt Schaaf, coordonnateur de la COCVFF. La meilleure façon de prévenir la violence est de sensibiliser les garçons dès un jeune âge. Être un homme, c'est se responsabiliser, agir comme un homme et intervenir quand il y a un besoin de le faire.»

Réseaux sociaux

L'utilisation du mot-clic #manifestchange sur le réseau Twitter, pour fournir des trucs, s'avère une bonne façon de sensibiliser davantage les hommes à la cause, ajoute-t-il. Il invite aussi la gent masculine à prendre un engagement public. Il leur demande de se photographier avec leur téléphone intelligent (selfie), pour ensuite diffuser leur soutien sur le site www.manifestchange.ca.

«La majorité de la violence à l'endroit des femmes est commise par les hommes. Cependant, la majorité des hommes ne sont pas violents. Ils sont plutôt des témoins silencieux. Nous voulons briser ce silence», encourage M. Schaaf.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer