Au cours de la campagne électorale à Ottawa

Watson a pu prendre le pouls de la population

«Parfois, les enjeux que nous croyons prioritaires à... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

«Parfois, les enjeux que nous croyons prioritaires à l'hôtel de ville ne le sont pas aux yeux des citoyens», a affirmé Jim Watson au lendemain de sa réélection.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Réélu sans surprise lundi soir à la mairie d'Ottawa, Jim Watson soutient que la campagne électorale lui a permis d'avoir l'heure juste sur les enjeux qui préoccupent les citoyens de la capitale nationale.

Le principal intéressé dit avoir fait quelques constats après «avoir cogné à des milliers de portes et parcouru des centaines de kilomètres» lors de son porte-à-porte.

«Parfois, les enjeux que nous croyons prioritaires à l'hôtel de ville ne le sont pas aux yeux des citoyens. Par exemple, certains candidats à la mairie et aux postes de conseiller municipal avançaient que le compostage était l'un des enjeux les plus importants de la campagne. Par contre, la sécurité routière s'est avérée le sujet le plus discuté aux portes tout comme le train léger et le plan d'assainissement de la rivière des Outaouais», a signalé M. Watson.

Plusieurs aspirants échevins, dont la conseillère municipale sortante Marianne Wilkinson, avaient relancé le débat de la collecte hebdomadaire des ordures pendant leur campagne électorale. D'ailleurs, elle soutenait que les résidents de son quartier s'adaptaient mal aux réalités du compostage notamment en raison «des odeurs nauséabondes qui se dégagent en période de grande chaleur».

En avril 2011, la majorité du conseil municipal, y compris Mme Wilkinson, avait voté pour une collecte des ordures à toutes les deux semaines. Une telle procédure permettait à la Ville d'économiser 3 millions$. De son côté, M. Watson refuse de retourner en arrière, citant l'importance de minimiser le nombre de déchets acheminés aux sites d'enfouissement de la municipalité.

Même si le maire a visité les quatre coins de la ville lors de sa campagne électorale, il mentionne qu'il a hâte de rencontrer les nouveaux élus pour déterminer s'il y a d'autres enjeux importants et plus locaux qui préoccupent les citoyens de divers quartiers.

«Parfois, il y existe une disparité entre ce qui se passe à l'hôtel de ville et ce qu'on entend dans les communautés et les quartiers. Les campagnes électorales permettent de ramener les politiciens sur terre, car on peut véritablement mesurer le pouls des résidents.»

Félicitations

Par ailleurs, la victoire du maire d'Ottawa a été saluée par le petit monde de la politique de la région de la capitale nationale, notamment pas son principal adversaire dans la course à la mairie.

«Je souhaite le meilleur des succès à M. Watson pour le prochain mandat, a commenté Mike Maguire hier sur sa page Facebook. L'expérience en valait vraiment la peine.»

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a également pris le temps de féliciter son homologue de la rive ontarienne.

«Je tiens à féliciter Jim Watson pour la victoire à l'élection municipale 2014. Depuis un an, nous avons développé des relations de travail saines et constructives autour de plusieurs enjeux et notamment celui des transports», a-t-il exprimé.

jfdugas@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer