Nouveau sondage:  62% des répondants favorables au bilinguisme officiel

Un autre sondage démontre que la majorité des candidats en lice aux élections... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un autre sondage démontre que la majorité des candidats en lice aux élections municipales d'Ottawa est favorable au bilinguisme officiel.

Le comité sur la représentation issu des États généraux de la francophonie d'Ottawa a dévoilé mardi les résultats de son questionnaire, lancé plus tôt cette année dans le cadre de la campagne électorale municipale et rempli par près de la moitié des 128 personnes sondées. 

«Il est très intéressant de constater que 62% des répondants sont favorables au bilinguisme officiel, fait valoir Luc Léger, coordonnateur des États généraux. Évidemment, cela ne veut pas dire qu'ils seront tous élus. Ce qui est d'autant plus intéressant toutefois, si on s'attarde davantage sur les autres données, c'est que les préoccupations des francophones sont prises en considération par une forte majorité de répondants, surtout anglophones.»

À titre d'exemple, M. Léger rappelle que 88% des répondants croient qu'il est essentiel de mieux identifier les lieux où un service en français est offert aux résidents et touristes, qui parfois éprouvent de la difficulté à s'exprimer dans leur langue maternelle. «Pourtant, de nombreux employés et employeurs sont bilingues», soutient M. Léger, rappelant que bon nombre des interactions s'effectuent forcément en anglais.

Par ailleurs, 80% des candidats ayant répondu au sondage estiment que toute documentation municipale doit être fournie dans les deux langues, ce qui n'est pas toujours le cas. Une amélioration à la traduction simultanée lors des réunions du conseil municipal et des audiences publiques de la municipalité (78%) ainsi que le choix de payer ses taxes scolaires au profit des conseils scolaires francophones - au lieu d'être acheminé automatiquement vers leurs homologues anglophones - (80%) sont d'autres priorités de la communauté francophone de la capitale qui ont obtenu un fort appui des aspirants élus.

«Là où les données sont plus faibles, est au chapitre des services publics offerts par la Ville. Environ 65% des gens croient qu'ils doivent être absolument offerts dans les deux langues officielles. Néanmoins, c'est quand même un nombre important», avance M. Léger.  

Sondage «anonyme»

Le comité sur la représentation a envoyé un sondage électronique à l'ensemble des candidats qui ont brigué un poste le 27 octobre prochain. Il a été envoyé à trois occasions (31 juillet, 25 août, et 16 septembre) en se fiant à la liste officielle de candidats fournie par la Ville d'Ottawa. Le sondage a été clôturé le 11 octobre 2014. Il est à noter que quatre prétendants n'avaient pas fourni leurs coordonnées électroniques à la municipalité afin de leur acheminer une copie du sondage.

La direction des États généraux a misé sur l'anonymat pour tâter le pouls de plus grand nombre d'individus possibles. Ainsi, les créateurs du sondage n'ont pas dévoilé l'identité des candidats, seulement leurs réponses. 

«C'est une décision qui a été prise par le comité parce qu'on voulait leur laisser la chance de s'exprimer librement.  Évidemment, ça nous permettra aussi de faire du lobbying plus ciblé une fois les élections terminées», affirme M. Léger qui croit que cette démarche a possiblement motivé plus de candidats à faire part de leurs positions.

Par conséquent, le taux de participation s'est élevé à près de 47%. Rappelons que seulement 17 personnes sur 124, à peine 14 %, ont répondu au questionnaire de l'Association des communautés francophones d'Ottawa (ACFO) plus tôt lors de la campagne électorale. Plusieurs ont cependant manifesté leur soutien au bilinguisme officiel.

Même si l'identité des candidats n'a pas été dévoilée, M. Léger confirme que «les candidats sérieux à la mairie» ont répondu à l'appel tandis que certains conseillers sortants ont boudé le sondage.  C'est le cas notamment des échevins Jan Harder (Barrhaven),  Shad Qadri (Stittsville) et Keith Egli (Knoxdale-Merivale), puisqu'aucun candidat de ces quartiers n'a transmis ses réponses au comité organisateur.

Le sondage peut être consulté au www.jereveottawa.ca/questionnaire2014.

Partager

À lire aussi

  • Denis Gratton | Deux poids, deux mesures

    Denis Gratton

    Deux poids, deux mesures

    «Je ne pense pas que le bilinguisme officiel soit nécessaire. Le bilinguisme pratique marche très bien depuis 10 ans.» »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer