L'écart entre pauvres et riches se fait sentir à Ottawa

Les moins nantis doivent avoir accès à de... (Archives, La Presse)

Agrandir

Les moins nantis doivent avoir accès à de la bonne nourriture à un prix abordable, souligne Kaitrin Doll, agente de mobilisation communautaire contre la pauvreté.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Même si Ottawa est parmi les villes les plus prospères au pays, des écarts importants existent entre les plus nantis et les moins fortunés de la société et la municipalité doit multiplier ses efforts afin d'améliorer la santé et le bien-être de bon nombre de gens dans la capitale nationale.

C'est ce qui ressort du rapport Réduire les écarts publié mardi par la Coalition des centres de ressources et de santé communautaire d'Ottawa (CCDP).

«Ce rapport pose une question simple: comment nous portons nous véritablement? explique Luc Ouellette, coprésident de la CCDP. Je n'ai jamais vu autant de personnes vivant avec des déficits sur une base quotidienne venir à une même table, identifier les défis, et proposer des recommandations sur de grands enjeux. On parle d'un investissement dans l'infrastructure sociale, c'est-à-dire, le logement abordable, le transport en commun abordable, l'emploi pour tous et de la disponibilité de la nourriture.»

À cet effet d'ailleurs, il est «alarmant» de constater qu'un ménage à faible revenu sur trois n'a pas les moyens nécessaires pour s'acheter suffisamment d'aliments nutritifs, soutient le rapport.

«Les personnes qui misent sur l'aide sociale du programme Ontario au travail doivent verser environ 65% de leur revenu mensuel pour leur logement. Et s'ils achetaient des aliments nutritifs, comme il est recommandé, c'est 40% de leur revenu qui y passerait, souligne Kaitrin Doll, agente de mobilisation communautaire contre la pauvreté à la CCDP. Alors s'ils ne peuvent pas se nourrir convenablement, comment peuvent-ils exceller? Il faut leur donner une meilleure accessibilité à de la bonne nourriture et à un prix abordable.»

«Il faut trouver un moyen pour faire en sorte que les personnes moins nanties ne mangent pas des aliments bourrés de sucre ou des aliments transformés qui sont meurtriers», ajoute à son tour Charles Pascal, ex-directeur général de la Fondation Atkinson qui a soutenu le développement de l'Indice canadien du mieux-être.

Des recommandations

Le rapport publié mardi présente non seulement un bagage de données - «des preuves» en ce qui a trait aux besoins criants - mais aussi des recommandations pour la mise en oeuvre de politiques municipales au sein de quatre grands axes d'intervention.

Ainsi, en matière de logement social, la Ville d'Ottawa doit établir un plan décennal sur le logement social pour mettre fin à l'itinérance à long terme. Les personnes à faible revenu nécessitent également un meilleur accès au transport en commun en élargissant le service abordable des laissez-passer communautaires, actuellement offerts aux élèves et personnes âgées. L'adoption d'un ensemble de mesures par la municipalité visant à augmenter l'accès à la nourriture saine est aussi exigée. Finalement, la CCDP souhaite que la Ville d'Ottawa embauche davantage des jeunes et des groupes moins nantis pour leurs emplois à contrat et de sous-traitance.

«Il y a moyen de faire des progrès», constate Linda Lalonde, coprésidente du Réseau pour la réduction de la pauvreté d'Ottawa.

Par ailleurs, le rapport a été dévoilé dans le cadre de la Semaine de la santé et du bien-être communautaire, mais aussi en raison de la campagne électorale municipale qui bat son plein. L'objectif est de sensibiliser les aspirants élus à ces réalités méconnues.

«Nous le présentons en période électorale pour vraiment avoir un impact sur la campagne. Nous voulons rehausser le vote en soulignant ces enjeux-là auprès des candidats et de leur demander de se prononcer», déclare M. Ouellette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer