Élections municipales

Une conseillère sortante propose le retour de la collecte hebdomadaire des déchets

Marianne Wilkinson... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Marianne Wilkinson

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La conseillère sortante dans Kanata Nord change de cap et milite pour un retour d'une collecte hebdomadaire des déchets à la Ville d'Ottawa pendant l'été.

Marianne Wilkinson prétend que les citoyens de son quartier s'adaptent mal aux réalités du compostage et par conséquent, leurs déchets s'accumulent en période estivale. 

«Le problème est qu'ils n'utilisent pas les bacs vert en raison, notamment, des odeurs nauséabondes qui se dégagent en période de grande chaleur», dit-elle.

Ainsi, elle croit que la Ville devrait donner un sursis aux citoyens pendant les mois de juin et août, du moins jusqu'au jour où «ils apprennent» à mieux gérer leur compostage.

Selon Mme Wilkinson, l'utilisation de bacs verts cause des maux de tête aux résidents aux quatre coins de la ville. Elle propose donc la mise sur pied d'un plan de collecte de déchets «de quartier en quartier» chaque semaine.  Pressée par les journalistes hier à l'hôtel de ville, la conseillère sortante n'a pas été en mesure de chiffrer les coûts d'une telle initiative.

Rappelons qu'en avril 2011, la majorité du conseil municipal, dont Mme Wilkinson, avait voté pour une collecte d'ordure toutes les deux semaines.  Une telle procédure permettait à la Ville d'économiser 3 millions $

De son côté, le maire Jim Watson semblait moins chaud à l'idée de revenir à une collecte de déchets hebdomadaire.

«On ne peut pas changer notre fusil d'épaule chaque fois que des citoyens s'opposent à un dossier controversé [...]. Il faut minimiser le nombre de déchets que nous envoyons dans nos sites d'enfouissement parce que ceux-ci sont très dispendieux et divise la communauté. L'aménagement d'un nouveau dépotoir s'élève à au moins 250 millions et personne ne veut ça dans sa cour. Bref, plus on recycle, mieux c'est pour l'environnement et le portefeuille des contribuables», s'est-il positionné.

M. Watson réfute aussi que les citoyens s'adaptent mal au compostage.  À son avis, cette pratique ne cesse de gagner en popularité.

«Je visite tous les quartiers et je remarque qu'il y a beaucoup plus de gens qui font du compostage aujourd'hui qu'il y a quatre ans. Les gens comprennent que c'est bénéfique pour l'environnement et notre économie.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer