Exclusif

Dans les espaces commerciaux de la CCN

Le bilinguisme, priorité invisible

Les commerces du marché By, qu'ils occupent un... (Pat Woodbury               Patrick Woodbury)

Agrandir

Les commerces du marché By, qu'ils occupent un espace loué à la Ville d'Ottawa ou à la CCN, offrent rarement un service bilingue visible. Souvent, l'« offre » se résume en cinq mots : « Sorry, I don't speak French. »

Pat Woodbury Patrick Woodbury

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Commission de la capitale nationale (CCN) a beau faire des deux langues officielles l'une de ses priorités, elle fait bien peu pour s'assurer que ses locataires respectent leurs propres obligations en la matière.

Affichage, menus, services : comme la société d'État, chacun de ses locataires du marché By a l'obligation de servir la clientèle francophone dans la langue de Molière. Trop souvent, toutefois, cette « offre » se résume en cinq mots : « Sorry, I don't speak French. »

Et pas question pour la CCN de jouer à la police linguistique avec ses locataires.

Parmi la trentaine de restaurants et commerces visités par LeDroit au cours des dernières semaines, une majorité ne semblait pas respecter ces règles, pourtant en place depuis de nombreuses années. Ces entreprises n'offraient soit pas de service, soit pas de menus en français, soit ni l'un ni l'autre. Sans parler de l'affichage commercial, qui doit, selon les clauses du bail, être bilingue.

La CCN détient une quarantaine d'espaces commerciaux locatifs dans le marché, véritable coeur touristique de la région.

« Le menu en français ? On en a peut-être un, mais je ne le trouve pas », explique, mal à l'aise, une employée d'un pub de la rue Clarence, en anglais.

« Il est en traduction en ce moment. On change parfois nos menus », répond quant à elle l'hôtesse qui nous accueille au Social, un restaurant branché de la promenade Sussex.

« Sorry, I don't speak French », répond un autre, sans appel.

Une enquête menée par le Commissariat aux langues officielles, l'an dernier, arrivait aux mêmes conclusions. Pas moins de 66 % des établissements détenant des baux avec la CCN ou Travaux publics et Services gouvernementaux Canada n'offraient que des menus en anglais, comparativement à 81 % pour les autres restaurants n'ayant pas de baux avec clauses linguistiques, à Ottawa.

À Gatineau, la réalité est toute autre. La quasi-totalité des restaurants installés dans des locaux du gouvernement fédéral offrait du service et un menu dans les deux langues.

Une clause « problème »

Le respect de cette clause du bail liant la CCN à ses locataires « pose problème chez certains locataires à certaines périodes de l'année », affirme le vice-président de la gestion de l'immobilier de la société d'État, Roland Morin.

« C'est une clause contractuelle parmi beaucoup d'autres, dit-il. [...] On fait le maximum qu'on peut faire. On met une clause qui demande explicitement de mettre un affichage, de faire un service, on fait une vérification régulière. »

Des vérifications seraient effectuées de façon ponctuelle afin de s'assurer de la conformité aux règles prévues dans le bail.

Pas question, toutefois, d'imposer des amendes aux nombreux fautifs, insiste-t-il.

« Il n'y a aucune amende ou pénalité. C'est une question qu'on a considérée avec notre service juridique (au point de vue) légal. Notre conclusion, c'est qu'on ne peut pas », soutient M. Morin.

Qui, donc, pourrait pousser les commerçants du marché By à bonifier le service offert en français ? Il ne faut pas compter sur la Zone d'amélioration commerciale du marché By, principale association de commerçants du secteur, pour intervenir dans ce dossier.

« C'est à chaque gens d'affaires de décider s'ils souhaitent offrir des services », affirme Jasna Jennings, la directrice générale de la ZAC. Elle soutient qu'il est difficile de convaincre les commerçants de faire l'effort d'afficher en français, quand le quartier est déjà bondé. « Qu'on affiche en français ou non, les patios sont déjà pleins. »

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer