La Ville d'Ottawa approuve le tracé d'un train léger vers l'ouest

La Ville d'Ottawa souhaite que son futur train... (ARCHIVES, LeDroit)

Agrandir

La Ville d'Ottawa souhaite que son futur train léger longe la promenade Sir-John-A.-Macdonald sur environ 1,2 kilomètre, de la station Dominion, un peu à l'ouest de l'avenue Churchill, jusqu'à l'avenue Cleary.

ARCHIVES, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le comité des transports de la Ville d'Ottawa a approuvé le tracé d'un éventuel prolongement vers l'ouest de la Ligne de la Confédération, mercredi, même si les plans du projet ferroviaire ne respectent pas une condition sine qua non de la Commission de la capitale nationale (CCN) pour l'utilisation de ses terrains près de la promenade Sir-John-A.-Macdonald.

La CCN réclame l'enfouissement complet d'un tronçon additionnel de 500 mètres afin de conserver « un accès continu sans entrave à la rivière des Outaouais ».

« Nous travaillons avec la CCN depuis longtemps. Elle a ses façons de faire. Nous avons les nôtres. Parfois, ces façons de faire s'entrechoquent. Mais avec le temps, nous parvenons à travailler de façon synchronisée », a déclaré le conseiller Keith Egli, président du comité, ouvrant la porte à d'autres négociations avec l'agence fédérale.

La Ville d'Ottawa souhaite que son futur train léger longe la promenade Sir-John-A.-Macdonald sur environ 1,2 kilomètre, de la station Dominion, un peu à l'ouest de l'avenue Churchill, jusqu'à l'avenue Cleary. L'administration municipale a déjà convenu d'enfouir plus de la moitié de ce parcours, soit 700 mètres, pour répondre aux préoccupations de la CCN.

Ne pas s'agenouiller

« Nous n'allons pas nous agenouiller devant la CCN », a lancé le conseiller Mathieu Fleury, membre du comité des transports, résumant la pensée de plusieurs de ses collègues, mercredi.

Un tunnel partiel ferait bondir la facture des travaux de 80 millions $, pour atteindre 980 millions $, selon les premières estimations de la Ville d'Ottawa. La haute direction municipale a refusé, hier, de se prononcer sur les coûts d'un tunnel couvrant tout le couloir de 1,2 kilomètre longeant la promenade Sir-John-A.-Macdonald.

La Ville d'Ottawa peut bien faire preuve de « créativité » pour accommoder la CCN mais « l'argent ne pousse pas dans les arbres », a signalé M. Egli, rappelant que la municipalité a aussi dans ses cartons d'étendre son futur réseau de train léger vers l'est et le sud.

Or, la CCN n'est pas la seule à s'opposer à l'aménagement d'un corridor ferroviaire près de la promenade Sir-John-A.-Macdonald. Une dizaine de résidents du secteur ont aussi exhorté les élus à enfouir complètement le tronçon de 1,2 kilomètre, voire changer sa trajectoire, mercredi. « Mettez-le sous terre », a suggéré Jacques Vachon, représentant les 94 propriétaires d'un édifice à condominiums de l'avenue Dominion.

La CCN a demandé à la Ville d'Ottawa de lui présenter un plan plus détaillé d'un éventuel prolongement vers l'ouest de la Ligne de la Confédération d'ici septembre. Une échéance que M. Egli a rejetée d'emblée, hier, rappelant que la construction d'un corridor ferroviaire à l'ouest du pré Tunney n'est pas prévue avant encore une dizaine d'années.

L'agence fédérale s'est dite prête à poursuivre le dialogue.

Le conseil municipal devra, à son tour, approuver le tracé de cette deuxième phase de la Ligne de la Confédération, la semaine prochaine. Cette voie ferrée remplacerait l'actuel Transitway d'autobus d'OC Transpo de la station Pré-Tunney à la station Baseline. À l'ouest de l'avenue Cleary, les trains s'engouffreraient dans un second tunnel sous le chemin Richmond jusqu'à l'avenue New Orchard, avant de poursuivre leur route, à la surface.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer