GCL rate une première échéance

La Ville d'Ottawa a entre autres ordonné au... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

La Ville d'Ottawa a entre autres ordonné au GCL de solidifier l'édifice centenaire à la lumière de ce rapport d'ingénieur que lui a fourni l'entreprise familiale, début février.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partager

La Ville d'Ottawa embauchera son propre ingénieur spécialisé dans le domaine du patrimoine afin d'examiner la structure du 287, rue Cumberland, alléguant que le propriétaire de l'édifice chambranlant n'a pas respecté une ordonnance en vertu de la Loi sur le code du bâtiment, a appris LeDroit.

L'administration municipale avait donné au Groupe Claude Lauzon (GCL) jusqu'au 15février pour demander à un expert dans le domaine du patrimoine de jeter un coup d'oeil à l'ancienne école Our Lady, qui menace de s'écrouler.

«Le propriétaire nous a fourni un rapport d'ingénieur. Mais ce rapport n'a aucune perspective patrimoniale. C'est pourquoi nous voulons l'avis d'un expert dans ce domaine. Essentiellement, nous voulons savoir si le bâtiment a des chances d'être préservé ou, à tout le moins, s'il y a des éléments du bâtiment qui peuvent être préservés», a précisé le conseiller Mathieu Fleury, du quartier Rideau-Vanier, hier.

Édifice à solidifier

La Ville d'Ottawa a aussi ordonné au GCL de solidifier l'édifice centenaire à la lumière de ce rapport d'ingénieur que lui a fourni l'entreprise familiale, début février. Les autorités municipales ont érigé un périmètre de sécurité autour du site. Les rues Cumberland et Murray sont amputées d'une voie chacune jusqu'à nouvel ordre.

De son côté, le GCL soutient qu'il a été incapable de restaurer la vieille école abandonnée à cause d'«entraves injustes» de la municipalité «à chaque étape». Le propriétaire cherche à démolir l'édifice depuis 2005, après que des ingénieurs eurent décelé d'importants problèmes structurels. Son avocat, MeCharles Gibson, n'a pu être joint, hier.

La Ville d'Ottawa se dit prête à entreprendre elle-même des travaux d'urgence pour solidifier le 287, rue Cumberland si le GCL ne lui donne pas signe de vie d'ici à ce qu'elle reçoive les recommandations d'un expert dans le domaine du patrimoine, possiblement la semaine prochaine. Elle refilerait ensuite la facture au propriétaire.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer