4300 plaintes en 10 ans

Les plaintes du public sont à la baisse... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Les plaintes du public sont à la baisse depuis 2010, passant respectivement de 272, à 218 en 2011, à 188 en date du 13 novembre 2012.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partager

Abus de pouvoir, conduite déshonorante, manquement au devoir et tromperie, les agents de la police d'Ottawa ont fait l'objet de plus de 4300 plaintes au cours de la dernière décennie, dont la moitié proviennent de l'intérieur même du corps policier.

Entre 2003 et novembre 2012, les résidents d'Ottawa ont déposé près de 2200 plaintes contre leurs policiers. Si quelques-unes ont trait aux politiques et aux services fournis par le service de police, la vaste majorité est liée à la conduite et au comportement des policiers, révèlent des données compilées par LeDroit à la suite d'une demande faite en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

Au cours de la même période de 10 ans, plus de 2100 plaintes formulées à l'interne contre des agents ont également abouti sur le bureau du chef de police d'Ottawa, nécessitant l'intervention de la Section des normes professionnelles.

«Ces chiffres incluent toutes les plaintes, autant les événements mineurs comme un résident qui a trouvé un policier impoli ou qui n'a pas aimé l'attitude d'un patrouilleur, que les plaintes plus graves», explique le sergent d'état-major Carl Cartright, l'un des neuf membres de la Section des normes professionnelles du Service de police d'Ottawa.

Selon lui, il est important de remettre les statistiques en perspectives. «Il faut prendre en considération le nombre de contacts avec le public que les policiers ont eus au cours des 10 dernières années. Ça doit être dans les millions. Ça relativise le nombre de plaintes», ajoute-t-il.

De toutes ces plaintes, l'Unité des enquêtes spéciales de l'Ontario est intervenue à 119 reprises. Cette escouade indépendante enquête sur les interventions policières qui entraînent des morts ou des blessures graves. Elle est donc automatiquement impliquée dans le traitement des plaintes de nature criminelle qui mettent en cause des policiers.

Plus de détails dans LeDroit du 3 janvier 2013 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer