Une fusion sans perte d'identité

Quatre membres de la chorale des Anciens maires... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Quatre membres de la chorale des Anciens maires grisonnants: Marianne Wilkinson, ancienne mairesse et aujourd'hui conseillère de Kanata; Claudette Cain, dernière mairesse de Gloucester, le maire actuel d'Ottawa Jim Watson et l'ancien échevin de Vanier, Guy Cousineau.

Étienne Ranger, LeDroit

Partager

Sur le même thème

François-Pierre Dufault
Le Droit

La fusion de laquelle est née la Ville d'Ottawa a permis de créer une administration homogène tout en préservant l'identité de chacune des communautés de la grande capitale, estiment le maire Jim Watson et les derniers maires de trois anciennes municipalités, 13 ans plus tard.

Le regroupement des 11 municipalités de la région d'Ottawa-Carleton n'a pas fait que des heureux, en l'an 2000. Bon nombre de résidents craignaient que les anciennes villes perdent leur saveur au sein de cette nouvelle ville de 2800 kilomètres carrés, une des plus vastes au pays.

«Certainement, la superficie est plus importante. Il y a beaucoup d'espace entre Carp et Cumberland. Mais je pense que la ville fonctionne mieux maintenant qu'immédiatement après la fusion. Je crois aussi que la population est satisfaite», a partagé M.?Watson au Droit, hier, en marge de la prestation annuelle de la chorale des «Anciens maires grisonnants».

«Les maires, particulièrement le maire actuel, ont su préserver l'esprit de toutes nos communautés. C'est aussi grâce à la volonté et la persévérance des citoyens qui voulaient garder leurs communautés. Nepean, c'est encore Nepean et Gloucester, c'est encore Gloucester. Mais nous faisons tous partie d'Ottawa», a confié Claudette Cain, dernière mairesse de Gloucester.

«On ne peut pas revenir en arrière. C'est vrai que nous avions chacun nos villes et que nous ne voulions pas les perdre. Mais je pense qu'à Vanier, les gens se sentent encore à Vanier même s'ils font partie de la grande ville», a renchéri Guy Cousineau, ancien maire de Vanier.

«Ce fut un défi immense d'amener 11 administrations qui fonctionnaient différemment à travailler ensemble pour n'en forger qu'une seule. Mais je crois que le coeur de chaque communauté bat toujours, même si ces communautés se fondent dans un portrait plus global», a ajouté Brian Coburn, ancien maire de Cumberland, puis ministre progressiste-conservateur sous Mike Harris et Ernie Eves.

Plus de détails dans l'édition du Droit du 14 décembre 2012 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer