Le succès du marché de Noël nourrit bien des espoirs

Les producteurs présents au marché de Noël du... (Simon-Séguin Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Les producteurs présents au marché de Noël du Centre Ernst & Young sont unanimes: la région a besoin d'un marché public ouvert à l'année.

Simon-Séguin Bertrand, LeDroit

Partager

Chaque année, une centaine de producteurs agricoles et artisans de la région profitent des marchés de Noël pour arrondir les fins de mois en hiver. Mais ce qu'il faut en réalité, c'est un point de vente ouvert à l'année pour brasser des affaires.

Les producteurs présents au marché de Noël du... (Simon-Séguin Bertrand, LeDroit) - image 1.0

Agrandir

Les producteurs présents au marché de Noël du Centre Ernst & Young sont unanimes: la région a besoin d'un marché public ouvert à l'année.

Simon-Séguin Bertrand, LeDroit

Montréal et Toronto ont le leur. Ottawa tarde à s'y mettre.

Les producteurs et artisans membres du Ottawa Farmer's Market rencontrés au marché de Noël qui se tient tous les dimanches au Centre Ernst & Young (auparavant nommé le CE Centre) jusqu'au 16décembre sont unanimes. La Ville d'Ottawa a besoin d'un marché public permanent ouvert à l'année.

«L'hiver est un combat de tous les instants», laisse tomber la propriétaire de la ferme Upper Canada Heritage, Barbara Schaefer. «À partir de la fin décembre jusqu'au mois de mai, nos ventes sont très faibles.»

L'éleveur de cochons n'a d'autres choix que de se tourner vers les restaurants durant les mois plus froids, récoltant un succès mitigé.

À ne pas en douter, la population serait au rendez-vous si un marché public ouvrait éventuellement ses portes dans la région, ont estimé de nombreux producteurs et clients interrogés.

Pour Sarah Mader, la fraîcheur des aliments, la variété et la possibilité de rencontrer ceux qui produisent la nourriture qui se retrouve sur sa table de cuisine représentent des avantages certains des marchés publics sur les grandes surfaces. «On fait un effort pour acheter notre nourriture produite localement», confie-t-elle, regrettant que le marché de Noël se trouve si loin du centre-ville.

George Wright, de la ferme Castor River, comme bien des producteurs, rêve de voir le futur parc Lansdowne accueillir un marché public permanent. «Depuis 10 ans, le Ottawa Farmer's Market note une augmentation de 10% des ventes par année. Un jour ou l'autre, la population va demander un marché public», croit-il.

Plus de détails dans LeDroit du 3 décembre ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer