Un demi-million pour pallier le retrait de la province

Diane Holmes... (ARCHIVES, LeDroit)

Agrandir

Diane Holmes

ARCHIVES, LeDroit

Partager

Des élus de la Ville d'Ottawa sont prêts à mettre deux fois plus d'argent de côté pour éviter que les plus démunis de la municipalité passent entre les mailles du filet, l'an prochain, quand le gouvernement de l'Ontario aura réduit le financement de certains services sociaux.

Après avoir entendu près d'une vingtaine de plaidoyers, certains remplis d'émotion, hier, les membres du comité municipal des services communautaires et de protection ont décidé de faire bifurquer une somme de 250000$ d'un fonds dédié à l'amélioration des garderies subventionnées vers un fonds d'urgence réservé aux moins nantis.

S'il est approuvé par le conseil municipal, à la fin du mois, ce transfert portera le solde de ce fonds d'urgence à 500 000 $.

Les délégations publiques réclamaient 2,5 millions$ pour équilibrer les comptes, après que le gouvernement provincial eut annoncé la fin de certaines prestations aux résidents à faibles revenus.

Ces prestations couvrent l'achat d'appareils auditifs, de lunettes et certains frais dentaires. Elles couvrent également certaines dépenses de voyage pour assister aux funérailles de proches.

«Nous achetons un peu de temps pour ces gens qui ont des besoins impérieux. Nous allons essayer de faire comprendre à la province l'ampleur et les conséquences des compressions. Nous verrons l'an prochain. Entre-temps, je veux m'assurer que nous soutenions suffisamment nos concitoyens dans le besoin», a déclaré le conseiller Mark Taylor, président du comité des services communautaires et de protection.

Plus de détails dans LeDroit du 16 novembre ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer