Décès de Michel Gratton

Mulroney se souvient d'un employé brillant

L'hôpital Montfort et les Monuments de la francophonie...

Agrandir

L'hôpital Montfort et les Monuments de la francophonie ont mis leur drapeau en berne, hier, pour souligner l'apport de Michel Gratton à la communauté franco-ontarienne.

« Michel était un homme talentueux, il est mort trop jeune ». C'est le triste constat qu'a fait l'ancien premier ministre du Canada, Brian Mulroney, qui se souvient d'un homme jovial et brillant lorsqu'il pense à son ancien secrétaire de presse, Michel Gratton, décédé jeudi à l'âge de 58 ans.

C'est avec beaucoup de fierté et de nostalgie que l'ancien politicien a parlé de son employé de l'époque, hier. Journaliste au journal LeDroit depuis 1973, Michel Gratton a fait le saut dans l'arène politique en 1984 au côté de Brian Mulroney, nouvellement élu à la tête du pays.

« Il était jovial, intelligent et il écrivait très bien dans les deux langues officielles [...] Je me souviens de lui de façon agréable. Il était très professionnel et c'était aussi un bon vivant et un individu coloré [...] Je viens moi-même de la Côte-Nord et je sais de quel bois il se chauffait », se souvient en riant M. Mulroney.

Les deux hommes ont travaillé pendant plus de trois ans sur plusieurs dossiers épineux dont celui de l'accord du lac Meech et l'Accord de libre-échange nord-américain. Michel Gratton participait activement à l'élaboration d'une stratégie commune au quotidien et savait défendre et expliquer les décisions de son gouvernement de façon exemplaire, selon M. Mulroney. « Il a été particulièrement fier du dossier de préparation du Sommet de la Francophonie. C'était très important pour lui », raconte l'ancien premier ministre.

Drapeaux en berne

Les deux acolytes se sont retrouvés, quelques années plus tard, lorsque Michel Gratton a entrepris son combat pour la sauvegarde de l'hôpital Montfort. Il a alors fait appel à Brian Mulroney pour faire connaître le combat des Franco-Ontariens au niveau national. Une invitation à laquelle a répondu positivement l'ancien premier ministre.

« Il m'a demandé ma participation et ma collaboration et j'ai dit oui. N'eut été de la participation et du leadership de Michel, l'hôpital Montfort serait peut-être fermé aujourd'hui », souligne Brian Mulroney

L'hôpital Montfort et les Monuments de la francophonie ont d'ailleurs mis leur drapeau en berne, hier, pour souligner l'apport de Michel Gratton à la communauté franco-ontarienne.

« Si l'hôpital Montfort est aujourd'hui en plein essor et fait face à un avenir des plus prometteurs, c'est grâce à la détermination sans pareille de ce grand homme », affirme le docteur Bernard Leduc, président-directeur général de l'hôpital Montfort.

« Michel a été une inspiration pour moi. Il était l'homme plus authentique que je connaisse », souligne pour sa part Alain Vachon, président-fondateur des Monuments de la francophonie.

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA), l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario et le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) ont aussi tenu à rendre hommage à M. Gratton.

Les funérailles de Michel Gratton auront lieu vendredi le 21 janvier, à 10 h 30, en l'église Notre-Dame-de-Lourdes, dans le secteur Vanier, à Ottawa. La famille recevra les condoléances le 20 janvier, de 14 h à 16 h et de 19 h à 21 h à la maison funéraire Racine, Robert & Gauthier, au 180, chemin Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer