Denis Rancourt lavé de toute accusation

Catherine Lamontagne
Le Droit

Le procureur des infractions provinciales de l'Ontario a rejeté toutes les accusations qui pesaient contre Denis Rancourt, ce professeur de l'Université d'Ottawa qui a été congédié après avoir accordé une note de A»à tous ses élèves.

M.Rancourt était accusé de s'être retrouvé sur le campus de l'Université d'Ottawa alors qu'il en était interdit d'accès selon la direction de l'établissement.

 

«J'avais absolument le droit d'être sur le campus et j'en ai la preuve dans différents documents. La police a ensuite menti pour justifier cette fausse accusation de violation de la propriété privée», affirme M.Rancourt.

Dommages moraux

Maintenant qu'il a été innocenté, le professeur songe à poursuivre l'Université d'Ottawa le Service de police d'Ottawa pour les dommages moraux qu'il a subi lors de son arrestation.

«J'accepte mal qu'on ait fait quelque chose comme ça. Nos institutions d'enseignement supérieur sont censées défendre la société civile et la liberté d'expression et voilà le résultat», indique l'ancien professeur de physique.

«J'accepte mal qu'on ait fait quelque chose comme ça. Nos institutions d'enseignement supérieur sont censées défendre la société civile et la liberté d'expression et voilà le résultat».

Denis Rancourt

Denis Rancourt était à l'emploi de l'Université d'Ottawa depuis 1987. Le 10décembre dernier, il a reçu une lettre lui indiquant son renvoi.

Son employeur justifiait ce congédiement en raison d'un cours dans lequel M.Rancourt avait accordé une note de A"à ses 23 élèves. Selon l'Université d'Ottawa, le professeur avait accordé ces notes de façon complètement arbitraire.

«C'est complètement faux. J'ai usé d'évaluation académique pour noter ces étudiants comme je l'ai toujours fait», affirme Denis Rancourt.

Le dossier de M.Rancourt est maintenant devant l'Association canadienne des professeurs d'universités. Ceux-ci doivent décider si le congédiement de l'enseignant était justifié et si une réintégration est possible.

«J'ai entièrement l'intention de récupérer mon poste. Je suis en train de devenir un véritable avocat des droits universitaire. Je connais les précédents concernant mon dossier et c'est très encourageant», mentionne Denis Rancourt.

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer