La Ville songe à installer des compteurs si les habitudes ne changent pas

Un Gatinois consomme 610 litres d'eau par jour

Si les Gatinois sont devenus des amants du recyclage et du compostage depuis quelques années, ils ne sont pas moins de grands, trop grands, consommateurs d'eau potable. La Ville leur donne cinq ans pour changer, sans quoi elle pourrait décider de leur faire payer leur mauvaise habitude.

La consommation moyenne d'eau potable à Gatineau est actuellement de 610 litres par jour, par personne. Cette donnée comprend la consommation industrielle, mais aussi toute l'eau qui s'échappe dans la nature par les nombreuses fuites dans le réseau d'aqueduc, indique le Plan directeur pour les aqueducs préparé pour le compte de la Ville par les firmes de génie-conseil CIMA + et Genivar. D'ici 2016, cette moyenne de consommation quotidienne devra avoir baissé à 450 litres par personne.

« Si nous sommes incapables d'atteindre cet objectif de réduction de 25 % et que nous concluons que c'est à cause des comportements de la population, nous n'aurons d'autres choix que d'envisager l'installation de compteurs d'eau, explique André Cadieux, directeur du Service des infrastructures. Ce n'est cependant pas notre intention et c'est pourquoi nous mettons beaucoup d'efforts sur la sensibilisation. »

En considérant que les Gatinois atteindront cet objectif de réduction, ce sont quand même 123 millions $ qui devront être investis dans les usines d'eau potable de la Ville d'ici 20 ans, dont tout près de 100 millions $ d'ici cinq ans. Sans l'atteinte de cet objectif de réduction, ce sont plutôt 168 millions $ qui seraient nécessaires. Les Gatinois ont donc le pouvoir de s'éviter une dépense supplémentaire de 45 millions $. Il leur suffit de faire attention.

Ces prévisions de dépenses comprennent les travaux déjà exécutés pour moderniser l'usine de production d'eau potable à Aylmer qui ont totalisé plus de 25 millions $. Pour arriver à financer ses infrastructures, Gatineau compte sur des subventions gouvernementales, ainsi que sur le retour de la taxe sur l'essence qui injecte 15 millions $ annuellement dans les coffres de la ville.

Plus de détails dans l'édition du 17 novembre ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer