Les coins ronds

Le candidat à la mairie de Gatineau, Denis... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Le candidat à la mairie de Gatineau, Denis Tassé

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans le cadre de la campagne électorale menant à l'élection municipale du 5 novembre prochain, Le Droit publiera régulièrement la rubrique « Les coins ronds » qui permettra de revenir sur certaines affirmations lancées par les différents candidats à la mairie et aux postes de conseillers de la Ville de Gatineau. Cette semaine, l'attention s'est particulièrement portée sur une entrevue accordée à TVA Gatineau-Ottawa par le candidat à la mairie, Denis Tassé.

« À l'urbanisme, les gens sont démotivés, le moral est à terre, les gens sont malades. Des gens qui n'avaient jamais été malades le sont maintenant. Ça, c'est la faute au maire Maxime Pedneaud-Jobin et son dossier du 79, chemin Fraser. »

Le maire sortant a hérité du dossier du 79, chemin Fraser de l'administration du maire Marc Bureau. Le service de l'urbanisme admet que la réforme découlant de ce dossier a eu d'importants impacts sur son personnel, mais la direction a affirmé, mardi, qu'elle n'observait pas plus de congés de maladie qu'avant la réforme. L'absentéisme est surtout causé par des congés de maternité et de paternité. 

•••

« Depuis que le maire Pedneaud-Jobin est en place, le gouvernement nous a coupés de 4 millions $ par année dans son pacte fiscal. On peut dire que sa voix forte n'est pas très forte. » - Denis Tassé

Le gouvernement du Québec a coupé ces millions de dollars à la Ville de Gatineau en 2014, dans le cadre de sa révision du pacte fiscal avec les municipalités. Gatineau n'est cependant pas été la seule victime de ces coupes. Ce sont 300 millions $ de transferts dans les municipalités du Québec qui ont été coupés cette année-là.

•••

« On ne fait que 49 % des travaux d'infrastructure prévus cette année. On collecte de l'argent aux citoyens et on ne fait pas les travaux. » - Denis Tassé

Tel que Le Droit le révélait plus tôt cette année, la Ville de Gatineau peine effectivement à livrer la marchandise en matière de travaux d'infrastructures. On ne peut cependant pas dire que les travaux ne se font pas. Ils sont généralement reportés d'un an.

•••

« Guertin n'est pas une réalisation du maire Pedneaud-Jobin, c'est un projet que Marc Bureau avait mis en place. » - Denis Tassé

Le maire Bureau proposait un projet de centre multifonctionnel de 75 millions $, un projet rejeté par le conseil actuel en juin 2015. Le projet de complexe multiglaces devant être construit à place de la Cité a été conçu, débattu et adopté par le conseil actuellement en place.

•••

« Pour le transport en commun, il y a eu une étude faite pour l'ouest, on a eu des réponses, mais là, ils vont refaire une autre étude. Les gens sont tannés des études. Il faut exécuter. » - Denis Tassé

Un projet de l'ampleur de celle du futur lien rapide dans l'ouest vient avec de nombreuses exigences. Plusieurs autres études devront être réalisées avant que la pelle soit mise dans la terre. La Société des transports de l'Outaouais confirme que des études de planification, de coûts/bénéfices, de risques et de coûts d'investissements suivront. La conception du projet fera aussi l'objet d'un avant-projet préliminaire et d'un avant-projet définitif. Viendront ensuite la préparation des plans et devis, les appels d'offres et enfin, la construction. 

•••

« Le maire avait dit qu'il ouvrait la porte de son bureau un après-midi par semaine pour rencontrer des citoyens, mais les portes se sont fermées, ça n'a pas été long. » - Denis Tassé

Le maire tient toujours son activité portes ouvertes au cabinet les mercredis après-midi. La formule a toutefois changé avec le temps. Les gens doivent s'inscrire. Ils sont ensuite rencontrés en personne ou si cela leur convient, le maire les contactera par téléphone personnellement. Depuis deux ans, 165 citoyens ont pu rencontrer ou parler directement au maire grâce à cette formule.

Les hausses de taxes de Maxime Pedneaud-Jobin

Sylvie Goneau et Denis Tassé dénoncent les hausses de taxes que vivront les contribuables s'ils accordent un second mandat à Maxime Pedneaud-Jobin. Mais les adversaires du maire sortant n'utilisent pas le même chiffre pour s'indigner. M. Tassé a déclaré que « deux mandats d'une administration Pedneaud-Jobin, c'est 22 % d'augmentation des taxes pour les Gatinois », tandis que Mme Goneau a indiqué que « deux mandats d'Action Gatineau de suite représenteraient une augmentation des taxes de 24,23 % ». Une erreur de calcul est à l'origine de la hausse de 22 % sur huit ans évoquée par Denis Tassé. En additionnant simplement chaque hausse annuelle (cinq fois 2,9 % et trois fois 2,5 %), on arrive en effet à 22 %. Or, chaque nouvelle hausse doit être calculée en tenant compte des précédentes. Une facture de 1000 $ grimpe donc à 1029 $ après une première hausse de 2,9 %. L'augmentation suivante ne se calcule donc pas à partir de 1000 $, mais bien de 1029 $. Pour les quatre ans du prochain mandat, le cadre financier d'Action Gatineau prévoit ainsi une hausse globale du compte de taxes de 10,8 %, et non de 10,4 % comme l'ont rapporté certains médias.

•••

Le candidat d'Action Gatineau dans Carrefour-de-l'hôpital, Etienne Boulrice, tentait de convaincre certains internautes, mercredi soir, que le nouveau cadre financier de sa formation politique prévoyait une réduction du fardeau fiscal des Gatinois. « Vous verrez qu'ultimement, c'est une baisse de taxes », écrivait-il sur plusieurs pages Facebook. Évidemment, Action Gatineau ne convie pas les Gatinois à une baisse de taxes au courant du prochain mandat, mais bien à une hausse globale de 10,8 % d'ici 2021. 

Avec Justine Mercier, Le Droit




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer