Hausse de taxes limitée à 2,5 % dès 2019

Le maire sortant Maxime Pedneaud-Jobin n'a pas tardé... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Le maire sortant Maxime Pedneaud-Jobin n'a pas tardé à publier le cadre financier de son parti à la veille des élections municipales.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Maxime Pedneaud-Jobin, n'a pas perdu de temps pour annoncer ses couleurs. Trois jours après le lancement de la campagne d'Action Gatineau, le maire sortant a dévoilé, mercredi, le cadre financier de sa formation politique qui prévoit des hausses de taxes de 2,9 % en 2018 et de 2,5 % pour les trois autres années du mandat. Au cumulatif, c'est à une hausse de 10,8 % des taxes à laquelle M. Pedneaud-Jobin convie les Gatinois.

La présentation d'un cadre financier est habituellement une activité réservée aux derniers jours d'une campagne électorale. Le maire sortant a voulu démontrer le sérieux et la rigueur de la démarche de son parti en indiquant dès le départ le cadre financier dans lequel il allait faire ses engagements électoraux. 

« La question c'est quel genre de ville nous voulons, lance le maire sortant. On pourrait geler les taxes pendant des années si on le voulait. Mais nous n'aurions plus d'activités pour les aînés ou pas de terrain de soccer. Tout dépend de la qualité de vie qu'on veut se donner. L'important, selon moi, c'est ce que nous faisons avec l'argent qu'on nous donne. »

Un demi-milliard pour les infrastructures

Action Gatineau prévoit des investissements de 500 millions $ en quatre ans dans l'entretien des infrastructures dites traditionnelles, comme les rues, les aqueducs et les égouts. Cela représente 50 millions $ de plus que pendant le mandat en cours. 

La réfection des rues bénéficiera d'un montant de 107 millions $ sur quatre ans, donc 10 millions $ de plus qu'au cours des quatre dernières années. Le budget des mesures de modération de la vitesse sera doublé pour atteindre 4 millions $. Un peu plus de 15 millions $ seront investis d'ici 2021 pour s'attaquer au problème de l'eau jaune dans les quartiers. 

Le Droit révélait, ce printemps, que la Ville de Gatineau peinait à réaliser la moitié des travaux d'infrastructures planifiés par l'administration. M. Pedneaud-Jobin convient que la capacité de livrer des équipes au service des infrastructures sera un enjeu à régler pour être en mesure de respecter cet engagement électoral.

« Il y a beaucoup de travail à faire pour le recrutement et la gestion de la charge de travail dans ce service, dit-il. Un plan visant à augmenter l'efficacité de la Ville à ce niveau est actuellement en préparation. Il en résultera un certain nombre d'embauches dont les salaires seront financés à même l'enveloppe prévue pour les travaux.

Amélioration de la qualité de vie

Se présentant comme le candidat de l'équilibre dans cette campagne, M. Pedneaud-Jobin annonce aussi qu'il réservera une année de prélèvement de la taxe dédiée aux infrastructures pour financer des projets d'amélioration de la qualité de vie dans les quartiers. Ainsi, un montant de 102 millions $ sur quatre ans ira directement à des projets culturels, au réseau cyclable, aux espaces verts et à la revitalisation du centre-ville et des anciens centres-ville. 

Cette utilisation des fonds amassés grâce à la taxe dédiée aux infrastructures est un des «changements importants», proposés par Action Gatineau, insiste le maire sortant. «L'essentiel de notre capacité fiscale ira au maintien des infrastructures traditionnelles, mais il ne faut pas négliger les services à la personne», dit-il. Le détail des projets qui seront financés à même cette enveloppe sera dévoilé plus tard en campagne.

Diversification des revenus

La réduction du fardeau fiscal promise par Action Gatineau sera compensée par une diversification des revenus, notamment une taxe sur les espaces de stationnements, sur les droits d'immatriculation et l'imposition d'un nouveau palier d'imposition pour les droits de mutation qui permettront à la Ville d'aller chercher 6,7 millions $ en quatre ans. 

Le maire sortant prévoit limiter la hausse des dépenses pendant un prochain mandat à moins de 4 % par année.

Pas de révision du panier de service

Les travaux de la commission de révision des dépenses et des services doivent permettre à l'administration d'économiser encore 3,5 millions $ en quatre ans. Action Gatineau n'a pas l'intention de faire une révision du panier de service destiné à la population. Ainsi, un mandat d'Action Gatineau permettrait de conserver, entre autres, les camps de jour qui sont dans la mire de certains adversaires du maire. 

«Ce n'est pas dans nos plans, a précisé le maire sortant. Notre approche en est une d'optimisation.»

Et la bibliothèque centrale dans tout ça

Elle fait toujours des plans d'Action Gatineau, confirme le maire sortant, Maxime Pedneaud-Jobin, mais elle ne sera pas construite à la fin du prochain mandat. 

De l'argent sera cependant réservé pour la réalisation des plans et devis. Avant d'entreprendre quoi que ce soit, la Ville aura une idée claire des partenaires financiers qui accepteront d'être à ses côtés dans ce grand projet. 

«L'étape cruciale c'est comment la financer, dit-il. On ne veut pas que ce soit uniquement les Gatinois qui paient pour ça. On veut des partenaires et savoir combien d'argent ils sont prêts à offrir, sinon on n'avancera pas là-dedans.» Action Gatineau précisera ses intentions quant à l'amélioration du réseau de bibliothèques pendant la campagne. 

«Notre priorité et j'insiste là-dessus, sera de régler les cas de Lucy-Farris et Guy-Sanche. C'est ça qu'il faut d'abord financer et qu'il faut faire en priorité.»

Goneau s'esclaffe, Tassé refuse de commenter

Les candidats à la mairie Sylvie Goneau et Denis Tassé ne se sont pas précipités pour réagir au dévoilement du cadre financier d'Action Gatineau.

Sylvie Goneau... (Etienne Ranger, Le Droit) - image 4.0

Agrandir

Sylvie Goneau

Etienne Ranger, Le Droit

Denis Tassé... (Etienne Ranger, Le Droit) - image 4.1

Agrandir

Denis Tassé

Etienne Ranger, Le Droit

Mme Goneau s'est toutefois esclaffée lorsque mise au fait des hausses de taxes proposées par le maire sortant pour les quatre prochaines années. 

« C'est certain que je vais proposer mieux que ça, a-t-elle lancé. Ça ne sera même pas difficile, et ce dès 2018. La hausse que je proposerai aux Gatinois sera en bas de 2 % par année. » Quant à Denis Tassé, il a offert comme seul commentaire au Droit que « deux mandats d'une administration Pedneaud-Jobin c'est 22 % d'augmentation des taxes pour les Gatinois ». 

Ce dernier a cependant omis de préciser qu'il était président du budget lors du présent mandat qui s'est soldé par une augmentation de 12,1 % des taxes. 

M. Tassé a refusé de répondre lorsqu'il a été questionné à savoir s'il allait être en mesure de proposer une plus grande réduction de la pression fiscale qu'Action Gatineau.

Résumé du cadre financier d'Action Gatineau

• Augmentation des dépenses limitée à un maximum de 4 % par année

• Pas de réduction de services à la population

• Investissement de 500 M$ dans l'entretien des infrastructures

• Investissement de 4 M$ par année dans l'amélioration des services à la personne

• Investissement de 102 millions $ dans l'amélioration de la qualité de vie (culture, réseau cyclable, espaces verts, revitalisation)

• Augmentation minimum de 3 millions $ de la quote-part de la Ville à la STO




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer