Congestion à la mairie

L'équipe du maire sortant Maxime Pedneaud-Jobin a installé... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

L'équipe du maire sortant Maxime Pedneaud-Jobin a installé les affiches électorales vendredi soir.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ANALYSE / Octobre 2013. Les Gatinois sont à deux semaines de l'élection. Marc Bureau trône en tête d'un nouveau sondage avec 51 % des intentions de vote. Maxime Pedneaud-Jobin plafonne à 34 %. Il sait que l'électorat est encore très volatil, mais il craint que la mairie lui glisse entre les doigts et que la division du vote permette pour une deuxième fois au maire Bureau de prolonger son séjour à la Maison du citoyen. En plein débat radiophonique, M. Pedneaud-Jobin se tourne vers le troisième candidat, Jacques Lemay, et lui balance sans détour que sa présence dans cette campagne ne fait que servir la réélection de Marc Bureau.

M. Lemay, qui n'a fait que perdre des plumes à partir du jour un de la campagne, ne récolte plus que 13 % des intentions de vote. Il rétorque à M. Pedneaud-Jobin qu'il est convaincu de pouvoir gagner. L'histoire s'est ensuite écrite. M. Lemay a continué de piquer du nez. Il n'y a pas eu de division du vote. Les électeurs ont seulement tourné le dos au maire Bureau, empêtré dans la mise en opération du Rapibus, et Maxime Pedneaud-Jobin a fait le plein de votes dans le dernier droit de la campagne. 

Nous voilà quatre ans plus tard. Quatre candidats souhaitent déloger le maire Pedneaud-Jobin. Ce dernier ne semble pas trop s'inquiéter avec la division du vote, cette fois-ci. Dans les faits, elle pourrait jouer en sa faveur.

Même si une majorité de Gatinois devaient souhaiter le départ du maire sortant, le mécontentement devrait être presque viscéral pour que ce dernier se sente réellement en danger. Plusieurs de ses homologues, ailleurs au Québec, se maintiennent au pouvoir grâce à la division du vote et dirigent leur ville sans avoir l'appui de la majorité de leurs concitoyens. 

Souvenir de 2009

À Trois-Rivières, Yves Lévesque affrontait cinq adversaires lors de l'élection en 2013. Il a été élu avec 49 % des voix. Un peu plus proche, à Maniwaki, le maire en place depuis plus de deux décennies, Robert Coulombe, a récolté 808 votes, en 2013, alors que ses deux adversaires ont ensemble recueilli 961 votes. Les Gatinois se souviendront aussi de 2009. Près de 60 % des électeurs avaient voté pour l'un des cinq candidats qui voulaient remplacer Marc Bureau.

Déloger le maire Pedneaud-Jobin de la mairie ne sera pas une mince tâche. Certes, le maire en place ne fait pas l'unanimité dans la population. Mais avant de pouvoir penser le battre, chaque candidat indépendant devra d'abord tenter de convaincre la population qu'il est le seul capable de fédérer les insatisfaits. C'est seulement après s'être imposé comme l'adversaire principal que ce candidat pourra viser la mairie.

Déficit de notoriété

Les deux derniers venus dans la course à la mairie, Clément Bélanger et Rémi Bergeron, sont de parfaits inconnus pour la population en général. Leur déficit de notoriété par rapport au maire en place est gigantesque. Une analyse faite pour le compte du Droit, en janvier dernier, révélait que Maxime Pedneaud-Jobin était, en 2016, la personnalité la plus médiatisée de la région, loin devant Justin Trudeau, Donald Trump et Philippe Couillard. 

Il sera bien difficile pour un haut fonctionnaire fédéral qui n'a pas encore accordé une seule entrevue, et un directeur général d'une petite municipalité rurale qui fera une campagne « verte » sans pancarte, de rivaliser avec le maire sur le terrain de la notoriété. Les habitués des campagnes électorales municipales s'entendent pour dire que la notoriété est la première carte à avoir dans son jeu.

La deuxième, c'est un message bien rodé, précis, simple à comprendre et facile à distinguer de celui de ses adversaires. Mais l'électeur a besoin de temps pour assimiler tout ça. Parfois, dans le brouhaha de l'actualité, les messages prennent du temps à se rendre et une fois dans l'isoloir, il arrive que seule la notoriété opère. 

Sylvie Goneau, la seule autre élue gatinoise à apparaître au palmarès 2016 des personnalités les plus médiatisées de la région, s'est donné le luxe du temps en étant la première à annoncer sa candidature, il y a plus d'un an. Elle a cependant fait très peu depuis pour que les électeurs sachent à quelle adresse elle loge. Son équipe sur le terrain est encore à un niveau d'organisation tel, que les salles de presse de la région n'avaient pas reçu de convocation officielle pour les informer du lancement de sa campagne, il y a quelques semaines. 

Rouler les mécaniques

Denis Tassé a pour sa part tergiversé longtemps avant de se lancer dans la course. Il souhaitait célébrer la venue de Lawrence Cannon dans la campagne en prenant sa retraite de la vie politique. Il mène pour l'instant une campagne médiatique très discrète. Même à la table du conseil, mardi, pendant un comité plénier qui s'est prolongé pendant huit heures, il n'a ouvert la bouche qu'à deux reprises. M. Tassé conserve jalousement les autres éléments qui doivent justifier sa présence dans cette course. Il préfère actuellement se concentrer sur une « campagne de terrain » dans la plus pure tradition. Il multiplie les présences dans des événements communautaires et publie sur sa page Facebook des photos le montrant accompagné de citoyens, le pouce en l'air.

Maxime Pedneaud-Jobin commencera à rouler les mécaniques dès dimanche, entouré des 18 candidats d'Action Gatineau et de centaines de partisans. Il ne s'étendra pas sur les détails, mais les grandes lignes de sa plateforme électorale seront rendues publiques. Il pourrait être tenté de voler le départ de cette campagne en prenant ses adversaires de court. En commençant à faire ses premières propositions à la population dès la semaine prochaine, il forcerait les autres candidats à être en réaction dès le départ.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer