Projet du nouveau Guertin: «On n'arrête rien»

Futur aréna Guertin à Gatineau... (Courtoisie)

Agrandir

Futur aréna Guertin à Gatineau

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les procédures juridiques entamées par la conseillère Denise Laferrière pour tenter de faire tomber le projet du futur aréna Guertin à place de la Cité n'affaiblissent en rien la volonté de la Ville de Gatineau et de ses partenaires d'aller de l'avant avec la construction du complexe de 104 millions $.

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin, le président de Vision multisports Outaouais, Alain Sanscartier, et le président des Olympiques de Gatineau, Martin Lacasse, ont finalement mis fin, mercredi en fin d'après-midi, au mystère qui entourait l'avenir du projet depuis que la Cour supérieure a annoncé, en début de semaine, qu'elle reportait au 19 décembre sa décision d'entendre ou non la cause défendue par Denise Laferrière, la Corporation des entrepreneurs généraux du Québec (CEGQ) et leur avocat, Jean-Carol Boucher.

Alain Sanscartier, président de VMSO, et le maire... (Etienne Ranger, Archives Le Droit) - image 2.0

Agrandir

Alain Sanscartier, président de VMSO, et le maire Maxime Pedneaud-Jobin ont annoncé d'une même voix que le projet du complexe multiglaces ira de l'avant malgré les procédures juridiques.

Etienne Ranger, Archives Le Droit

«On continue, a lancé le maire Pedneaud-Jobin. On n'arrête rien. On a un dossier solide et les Gatinois ont trop à perdre si on arrête, ou même si on devait ralentir. Ce n'est pas seulement ce projet qui est en jeu, c'est tout le plan de déploiement des arénas communautaires. Il y a des milliers de jeunes en attente. Ce sont 33 millions $ d'économies pour les contribuables, une subvention de Québec de 26,5 millions $ et le destin même des Olympiques qui sont aussi en jeu. C'est extrêmement important pour Gatineau.»

Le maire a rappelé que les ministères des Affaires municipales et de la Justice ont accompagné la Ville dès le départ dans le projet, tout comme l'équipe juridique de l'Assemblée nationale. «Tous nos avocats ont aussi la même lecture, a-t-il ajouté. La loi privée est valide et le protocole d'entente que nous avons est valide. On a monté ce dossier en fonction des poursuites éventuelles parce que nous savions qu'il était miné depuis le début. On est solide et on ne s'empêchera pas d'avancer.»

Jurant ne pas vouloir perdre une seule seconde dans la réalisation du projet, le maire a même précisé que les premiers contrats pour les travaux d'aqueducs et d'égouts sur le terrain à place de la Cité seront octroyés au début du mois d'octobre.  

Alain Sanscartier a ajouté que VMSO n'a jamais eu l'intention de ralentir la cadence dans ce dossier. L'organisme a toutefois voulu s'assurer d'être sur la même longueur d'onde que la Ville et les Olympiques. «Pour VMSO, il n'y a rien qui a changé, a-t-il dit. Il n'y a rien de différent aujourd'hui. Nous continuons à avancer dans la phase de conception. Nous avons des rencontres avec nos professionnels jeudi. On continue. On ne déroge pas du calendrier que nous avons.»

Quant aux Olympiques de Gatineau, ils continuent de se préparer à intégrer leur nouveau domicile tel que prévu en août 2020, a affirmé M. Lacasse. 

«Rien de positif pour personne»

Le maire Pedneaud-Jobin a rappelé que tout retard dans le projet aurait occasionné des coûts supplémentaires pour les contribuables gatinois. Ce dernier qualifie la démarche de Mme Laferrière d'«affaire de procédure» qui n'aura, d'une manière ou d'une autre, aucun impact sur la réalisation du projet. 

«La seule chose qui change c'est qu'il y a des avocats qui travaillent sur une poursuite qui selon moi n'est pas nécessaire et qui n'amènera rien, a-t-il dit. Tout ce qu'on fait c'est dépenser de l'argent sur une poursuite qui n'apportera rien de positif à personne. Et même si le juge devait lui donner raison [à Denise Laferrière], on refait la procédure et c'est tout. On aura le même projet, mais on aura perdu du temps et ce sera des coûts supplémentaires pour les Gatinois.»

Mardi, Mme Laferrière disait ne pas verser dans l'acharnement politique avec ses démarches juridiques et affirmait espérer que la Ville place son projet sur la glace le temps que les tribunaux puissent se pencher sur le dossier.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer