Bilan des inondations printanières: plus de 2 M $ de dépenses

Les journées du 7 et 8 mai ont... (PATRICK WOODBURY, archives LeDroit)

Agrandir

Les journées du 7 et 8 mai ont affiché des records tant à Masson-Angers et Gatineau, qu'à Hull et Aylmer, dépassant d'environ 1,5 mètre le niveau habituel d'eau.

PATRICK WOODBURY, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crue historique en Outaouais
Crue historique en Outaouais

Tout sur la crue historique de 2017 »

Les inondations du printemps dernier ont engendré des dépenses de 4,5 millions $ pour la Ville de Gatineau. Le coût réel pour les contribuables gatinois sera cependant de 2,2 millions $ grâce au remboursement prévu au programme d'aide financière du gouvernement du Québec.

Les élus gatinois ont assisté, mardi matin, au bilan de la crue printanière. Sans surprise, la région n'avait pas vu de telle crue depuis que des statistiques sur le niveau de l'eau des rivières sont compilées. Les journées du 7 et 8 mai ont affiché des records tant à Masson-Angers et Gatineau, qu'à Hull et Aylmer, dépassant d'environ 1,5 mètre le niveau habituel d'eau. 

Le chef du service des incendies des Gatineau, André Bonneau, a présenté une montagne de chiffres et de statistiques permettant aux élus d'apprécier le travail fait par le Centre de coordination des mesures d'urgence, par les quelque 5800 bénévoles, par l'armée et par l'ensemble des services municipaux. 

« Il y a essentiellement peu de choses à corriger, a lancé le chef Bonneau. Le travail a été fait par les gens sur place selon les normes en vigueur. On a su réajuster le tir quand il le fallait. Si on avait une note à se donner, je donnerais 11 sur 10. »

Dépenses

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a autorisé, pour cas de force majeure, 1,8 million $ de dépenses d'urgence pendant les inondations. L'argent a surtout servi à la réfection temporaire de certaines rues endommagées, à l'achat de sacs de sable vides et pleins et à la location de conteneurs à déchets et à la réalisation de collectes.

Un autre montant de 1,8 million $ a été dépensé en heures supplémentaires pour les employés municipaux. Les cols bleus ont été les plus sollicités avec des dépenses de l'ordre de 685 000 $. Les policiers et les pompiers ont engendré des dépenses de près de 500 000 $, alors que les cadres et les professionnels ont fait pour 468 000 $ d'heures supplémentaires. 

Analyse indépendante

Le conseil municipal a aussi octroyé un mandat à une firme spécialisée en sécurité civile pour effectuer une analyse indépendante et externe sur l'encadrement et la gestion des événements. Des entrevues avec les élus, les fonctionnaires, des bénévoles et des sinistrés seront effectuées dans le cadre de cette analyse. 

Un rapport complet sera présenté au conseil municipal au début de 2018, ce qui a semblé irriter la candidate à la mairie, Sylvie Goneau, qui aurait voulu obtenir les conclusions de la firme externe avant l'élection. 

Encore des questions

Le maire Pedneaud-Jobin a souligné que Québec se devait encore de répondre à de nombreuses questions quant à l'augmentation soudaine des niveaux d'eau et à la gestion des barrages d'Hydro-Québec. « Ça prend des explications, a-t-il dit. Les gens ont vécu trop de choses difficiles et ont trop perdu. Québec doit répondre à ces questions. Il y aura un forum les 6 et 7 octobre prochains et j'espère qu'il y aura des réponses à ces questions. Il faudra que quelqu'un y réponde d'une manière ou d'une autre. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer