Exclusif

Intervention d'urgence au parc de la Baie

La Ville de Gatineau a dû intervenir en... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

La Ville de Gatineau a dû intervenir en urgence afin de décontaminer une partie du parc de la Baie.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Gatineau a récemment été contrainte de procéder à une intervention environnementale d'urgence sur une superficie de 400 m2 au parc de la Baie qui, à l'approche du Festival des montgolfières, présentait un niveau de contamination trop élevé au goût du ministère de l'Environnement et de la Direction de la santé publique.

N'eût été des demandes répétées du Droit depuis deux semaines pour obtenir une copie d'un rapport de caractérisation du sol réalisé au parc de la Baie l'hiver dernier, cette situation n'aurait probablement jamais été connue du grand public. 

La Ville refuse toujours de fournir le rapport demandé parce qu'elle le juge trop technique et parce que le conseil municipal n'en a toujours pas été saisi, mais la directrice du module de l'aménagement du territoire de la Ville de Gatineau, Catherine Marchand, a cependant accepté, en entrevue, d'expliquer les détails et les raisons de l'intervention. 

Un des échantillons prélevés lors de l'étude de sol réalisée en février dernier a présenté un niveau de contamination qui, aux yeux des autorités sanitaires et environnementales, nécessitait de nouveaux prélèvements. La deuxième caractérisation du sol à cet endroit a cependant été retardée jusqu'en juillet en raison des inondations printanières qui ont saturé d'eau tout le secteur. 

Les prélèvements supplémentaires ont démontré que des traces d'hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) ont été trouvées à la surface du sol dans le secteur du parc, qui est utilisé comme stationnement pendant le festival. Les HAP sont des constituants naturels du charbon et du pétrole et peuvent provenir de la combustion incomplète de matière organique telles que les carburants et le bois. Une exposition prolongée aux HAP en forte concentration peut être cancérigène.

Avec l'accord du ministère de l'Environnement et de la Direction de la santé publique, la Ville a installé une toile de géotextile sur la surface contaminée. 

Du sable a ensuite été déposé sur la toile afin de réduire complètement le risque de contamination. 

« C'est temporaire, mais ça permet la tenue du Festival des montgolfières, précise Mme Marchand. La mesure mise de l'avant permet de réduire à nul les risques pour la population et l'environnement. Il n'y a aucun danger pour la santé et aucune possibilité que les gens soient en contact avec le contaminant. » 

Ce n'est pas la première fois que la Ville de Gatineau doit intervenir au parc de la Baie. L'historique de l'endroit est bien connu. Il s'agit d'un ancien site d'enfouissement. Des travaux de captage ont été effectués et des remblais ont été aménagés par le passé. Des détecteurs de méthane ont même été installés à une certaine époque. 

C'est toutefois un peu par hasard si la Ville s'est aperçue qu'une partie du site laissait échapper des HAP. 

La demande du FMG de considérer l'aménagement d'un site de camping urbain pendant 100 jours dans le cadre des festivités du 150e de la Confédération canadienne a forcé la Ville à faire une caractérisation du sol afin de s'assurer de l'absence de risque pour la santé d'être sur ce site pendant une période prolongée. 

Les résultats ont poussé les autorités gouvernementales à rejeter la demande du FMG, mais ils ont aussi mis en lumière la contamination à ciel ouvert d'une partie du site, ce que vient de régler temporairement la Ville avec les récents travaux de captage. 

L'administration travaille maintenant sur un plan plus vaste concernant le parc de la Baie. Elle cherche à déterminer si le site pourrait être utilisé de manière plus intensive, tout en considérant l'ampleur des travaux de décontamination à y exécuter pour que ce soit sécuritaire pour la santé. 

Un plan d'action sur plusieurs années doit éventuellement être présenté aux élus municipaux.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer