Enquête publique sur les inondations: il faut des réponses aux questions, dit Pedneaud-Jobin

Le maire de la Ville de Gatineau, Maxime... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Le maire de la Ville de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crue historique en Outaouais
Crue historique en Outaouais

Tout sur la crue historique de 2017 »

Le Droit

Invité à réagir au fait qu'un citoyen gatinois a instigué une pétition réclamant le déclenchement d'une enquête publique sur les causes des inondations historiques du printemps dernier à Gatineau et ailleurs en province, le maire Maxime Pedneaud-Jobin a affirmé mercredi qu'il est essentiel que certaines questions au sujet de la gestion des barrages autant au Québec qu'en Ontario obtiennent des réponses.

Il préfère toutefois demeurer prudent sur la démarche à suivre pour y parvenir.

« Je suis tout à fait d'accord qu'il faut répondre à ces questions-là. Les gens se posent des questions, ils se font des scénarios lorsqu'ils vivent un drame comme celui-là, alors on doit aller au fond des choses. Là où je ne veux pas m'avancer, c'est au sujet de quelle mécanique il faut prendre. Est-ce que ça prend vraiment une enquête publique ou le forum qu'organise le gouvernement cet automne viendra nous donner des réponses ? La mécanique pour y arriver, ça appartient surtout au gouvernement du Québec. Sauf qu'on a vécu trop de choses trop dures pour ne pas répondre à ces questions-là », s'exclame-t-il.

M. Pedneaud-Jobin ajoute qu'à la suite des réflexions qui ont suivi les inondations printanières de 1974 dans Pointe-Gatineau, la gestion des réservoirs d'Hydro-Québec avait d'ailleurs été revue, ce qui avait permis d'améliorer la situation.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer