Mobilisation pour sauver le « gym »

Une pétition de 265 noms a été déposée... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Une pétition de 265 noms a été déposée au conseil municipal dans le but de conserver la salle d'entraînement du Centre sportif de Gatineau.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des dizaines de citoyens se sont déplacés, mardi, pour demander au conseil municipal de revoir sa décision de mettre la clé dans la porte de la salle d'entraînement du Centre sportif de Gatineau.

L'une des membres de la salle d'entraînement, Sylvie Lauzon, a déposé une pétition contenant la signature de 265 membres mobilisés pour tenter de convaincre la Ville de reculer dans ce dossier. « C'est un service de base et accessible qui doit être offert aux citoyens, a-t-elle lancé. La décision prise à huis clos de fermer ce centre doit être reconsidérée. Il y a là une ambiance familiale qu'on ne retrouve pas dans les centres privés. Il y a un service d'encadrement sécuritaire, notamment pour les aînés. Des parents laissent leurs enfants à des cours du Centre sportif et viennent s'y entraîner. »

Le conseiller du quartier, Daniel Champagne, reconnaît que la décision de la Ville de mettre fin aux activités du gymnase est « froide », et que la baisse du nombre d'abonnements (51 %) et la perte de revenus pour la Ville (43 %) rendent difficile la justification du maintien de ce service. Il précise que Gatineau perd 60 000 $ par année en gardant l'endroit ouvert. La présence de quatre offres privées compétitives dans un rayon assez rapproché ne facilite pas les choses pour la Ville.

Il a toutefois répété qu'il était ouvert à travailler avec les citoyens pour trouver une solution. Il organise d'ailleurs une rencontre au centre de services de Gatineau, le 19 juillet prochain, afin de discuter du sujet.

L'un des membres du gymnase d'entraînement a demandé au conseil si la Ville de Gatineau allait toujours évaluer la pertinence de son offre de service en fonction de ce que propose le secteur privé. M. Champagne n'a pas hésité à répondre par l'affirmative. « Quand le privé offre la même chose que la Ville, c'est évident qu'on doit prendre le temps de nous questionner. »




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer