Denise Laferrière assume son intervention dans une vidéo promotionnelle de Brigil

La conseillère Denise Laferrière est visée par une... (Archives, Le Droit)

Agrandir

La conseillère Denise Laferrière est visée par une plainte pour avoir publiquement appuyé le projet Place des peuples dans une vidéo promotionnelle du promoteur Brigil. La Commission municipale du Québec entendra le dossier l'automne prochain.

Archives, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La conseillère gatinoise Denise Laferrière était de retour devant la Commission municipale du Québec (CMQ), mercredi, pour son intervention, en 2015, dans la vidéo promotionnelle du projet Place des peuples du promoteur immobilier Brigil.

La CMQ devra déterminer si Mme Laferrière a commis un accroc aux règles d'éthique et de déontologie que doivent respecter les élus municipaux dans le cadre de leurs fonctions. Le citoyen Bill Clennett, qui a officiellement déposé une plainte à cet effet, est convaincu que oui. 

La conseillère du district Hull-Wright a admis, au cours de son interrogatoire, que c'est en toute connaissance de cause qu'elle a accepté de participer à cette vidéo promotionnelle produite par Brigil. C'est le porte-parole du promoteur immobilier à l'époque, Yves Ducharme, qui a contacté la conseillère pour l'inviter à se prononcer sur le projet Place des peuples. « Je savais que la demande venait de Brigil et j'assume ce que j'ai fait », a-t-elle indiqué.

Mme Laferrière a ajouté qu'elle n'avait pas informé le maire de Gatineau ou un haut fonctionnaire de l'intervention qu'elle s'apprêtait à faire. « J'ai voulu prendre les devants, mettre mon pied à terre dès le départ pour éviter que ça dérape, a-t-elle affirmé. Je pensais qu'il était de mon devoir de dire ce que je pensais de ce projet qui, selon moi, amènerait beaucoup de positif pour les citoyens de Gatineau. »

La conseillère a raconté avoir été invitée par le patron de Brigil, Gilles Desjardins, à prendre connaissance du projet une première fois en janvier 2015, trois mois avant l'enregistrement de la vidéo promotionnelle. 

« Il faut leur faire attention à ces promoteurs-là, a-t-elle lancé. Il faut les écouter. Ce sont eux qui créent la richesse. Il m'a donc présenté son projet, une esquisse, que je trouvais quelconque, mais je me suis montrée ouverte à un tel projet si on y intégrait des éléments architecturaux. »

Selon Bill Clennett, la conseillère municipale du centre-ville a franchi une ligne qu'un politicien ne devrait jamais franchir. « Il y a une différence entre un élu qui s'exprime dans un processus de délibération et un élu qui se place dans une vidéo promotionnelle, a-t-il affirmé à la commission. Mme Laferrière a tout à fait droit à son opinion, mais de l'émettre dans un emballage publicitaire n'a pas sa place. »

Deux témoins ont été entendus en matinée. Le premier, l'ancien maire de Gatineau et ancien porte-parole de Brigil, Yves Ducharme, a confirmé que Mme Laferrière n'avait pas été rétribuée pour son intervention dans la vidéo promotionnelle qui avait été présentée lors d'une soirée organisée par la Chambre de commerce de Gatineau. 

L'autre témoin entendu par la commission a été Michel Picard, ancien chef d'antenne du Téléjournal de Radio-Canada Ottawa-Gatineau. Depuis son départ de la télévision, M. Picard anime une émission de radio à Unique FM. « J'ai accepté de faire cette vidéo promotionnelle parce que je me sentais redevable envers Gilles Desjardins qui a donné beaucoup d'argent à Unique FM, a-t-il expliqué. Je n'ai pas reçu de rétribution pour ce travail et je suis très fier d'y avoir été associé. »

M. Picard a précisé que les intervenants dans la vidéo ont été choisis par MM Desjardins et Ducharme. 

« Je décidais moi-même des questions à poser, après en avoir discuté avec M. Ducharme et M. Desjardins. C'était clairement une vidéo promotionnelle et Mme Laferrière savait sur quoi elle allait se prononcer et qu'elle le faisait à titre de conseillère du quartier. »

Les plaidoiries dans ce dossier auront lieu vendredi matin. Une décision de la CMQ pourra ensuite être rendue au courant de l'été. Si Mme Laferrière devait être retrouvée coupable, elle connaîtra sa sanction lors d'une audience prévue le 11 août prochain.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer