Mesures d'atténuation de la vitesse: l'implantation au ralenti

«Il faut se donner le moyen de nos... (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

«Il faut se donner le moyen de nos ambitions», a déclaré le conseiller Maxime Tremblay.

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À peine plus du quart des 54 sites admissibles à des mesures d'atténuation de la vitesse en 2018 à Gatineau feront l'objet de travaux. Le budget voté par les élus pour l'implantation de balises et de bollards flexibles dans les rues n'est tout simplement pas suffisant.

Selon le conseiller Maxime Tremblay, la Ville est en train de se remettre dans la même position qu'en 2009, alors que faute de budget suffisant, des rues et des quartiers qui respectaient les critères pour permettre l'implantation de mesure afin de réduire la vitesse des véhicules étaient mis sur une liste d'attente. L'administration Bureau avait fait doubler le budget pour investir 1 million $ par année. Le présent conseil a coupé dans ce budget. Il est aujourd'hui fixé à un peu plus de 400 000 $ par année. 

«Il faut se donner le moyen de nos ambitions, insiste M. Tremblay. Nous allons installer les mesures d'atténuation sur seulement 15 des 54 sites que l'administration a identifiés. Si on ne fait rien, ça va prendre trois ou quatre ans pour réaliser les projets sur tous les sites que nous avons identifiés. Les critères de la politique font aussi en sorte que d'autres sites vont continuer de s'ajouter à la liste. Il faut un coup de barre.»

Au terme de la présentation sur l'anticipation des surplus budgétaires pour l'année en cours, M. Tremblay a proposé que le conseil autorise une dépense non récurrente de 1 million $ afin de mettre en place le plus de mesure d'atténuation de la vitesse possible sur le territoire. Plusieurs conseillers ont abondé dans le même sens, rappelant que la vitesse dans les quartiers fait l'objet de nombreuses plaintes des citoyens chaque année. 

La directrice générale de la Ville, Marie-Hélène Lajoie, a indiqué que son administration allait préparer un plan qui présenterait une telle option et qu'il serait présenté aux élus au retour des vacances en septembre. Le conseil pourrait ainsi se prononcer avant l'octroi des contrats pour la préparation des concepts, des plans et des devis relatifs aux travaux à exécuter. Les travaux doivent être réalisés au printemps 2018. 

Les rues ciblées pour 2018 sont actuellement De Grenoble, Nobert, Lacombe, des Paysans, de la Fabrique, Front, A-Gibeault, Bélanger, de la Reine-Victoria, Albert-Fillion, Juan-les-Piins, d'Orsay, Jacques-Cartier, Lord-Aylmer et l'avenue Gatineau.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer