Le spectre du karaoké refait surface au conseil

Le dossier du karaoké à Gatineau a refait... (123RF)

Agrandir

Le dossier du karaoké à Gatineau a refait surface au conseil municipal lors de discussions entourant une demande de permis de spectacles pour le bar Le P'tit Canot.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le refus de l'administration gatinoise d'accorder un permis de spectacle au P'tit Canot, vénérable débit de boisson de la rue Main, dans le secteur Gatineau, a suscité plusieurs discussions autour de la table du conseil municipal mardi.

Les conseillers Jean-François LeBlanc et Sylvie Goneau ont même fait référence au controversé dossier de la fermeture de plusieurs karaokés qui avait fait le tour du Québec en septembre 2016 pour dénoncer l'attitude de l'administration envers ce type de demande des établissements qui cherchent à diversifier leur clientèle. 

« Cet établissement faisait déjà des spectacles et l'an passé, et comme on l'a vu dans l'histoire des karaokés qui avait été publiée, les propriétaires ont été mis à l'amende et ont dû cesser l'organisation de spectacles, a relaté le conseiller LeBlanc. Ils ont suivi la procédure et ils ont fait une demande de permis, et là la Ville refuse l'émission de ce permis. »

La directrice du module de l'aménagement du territoire, Catherine Marchand, a précisé que les catégories d'usage sur le terrain du P'tit Canot ne permettaient pas l'organisation de spectacles, notamment en raison de la proximité d'immeubles résidentiels. L'établissement opère sur la base de droits acquis qui ne lui permet pas l'obtention d'un permis de spectacle. 

« C'est un exemple que nos règlements d'urbanisme peuvent empêcher des établissements de jouir totalement de leur permis de bar, a lancé Mme Goneau. Il y a longtemps eu des spectacles à cet endroit sans qu'il y ait une intervention, ni plainte de citoyens. Il faut clarifier nos exigences. »

M. LeBlanc a rappelé que le plan de revitalisation urbaine intégrée dans le Vieux-Gatineau appuie vivement la demande faite par le P'tit Canot. « On essaie de faire de Main une rue d'ambiance, a-t-il insisté. Pour avoir de l'ambiance, il faut pouvoir l'animer. » Cette information a été suffisante pour que les élus s'entendent pour retirer ce point à l'ordre du jour du conseil municipal afin de se donner le temps de revoir le dossier dans son ensemble. 

« Je ne connais pas l'ensemble des enjeux juridiques dans ce dossier, a admis le maire Maxime Pedneaud-Jobin, mais c'est clair que ça vaut la peine de regarder ça. Les gens d'affaires du coin pensent que cette institution peut faire partie de la revitalisation urbaine. Il faut regarder ce dossier dans la perspective d'un quartier qui a besoin d'être revitalisé. »

Le dossier devrait revenir à l'ordre du jour du prochain conseil municipal en juillet.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer