L'équipe d'indépendants n'est pas «asphaltiste», selon Champagne

Le conseiller Daniel Champagne... (Simon Séguin-Bertrand, Le Droit)

Agrandir

Le conseiller Daniel Champagne

Simon Séguin-Bertrand, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En se déclarant du bord des « asphaltistes », lundi, le conseiller municipal gatinois Mike Duggan a placé sur la défensive ses collègues de l'équipe de candidats indépendants initiée par les conseillers Daniel Champagne et Gilles Carpentier.

« Je ne suis pas à l'aise pantoute avec ce terme-là, a indiqué M. Champagne. Je ne suis jamais à l'aise avec la polarisation des positions. Je ne suis pas un asphaltiste. M. Duggan ne parlait pas au nom de notre équipe. Nous ne sommes pas des asphaltistes. Si lui souhaite se définir comme tel, ça lui appartient, mais il devrait faire attention ne pas parler au nom d'autres personnes. »

M. Champagne n'a pas caché son malaise ni sa surprise en lisant les propos de son collègue du district de Lucerne dans l'édition du Droit de lundi. M. Duggan affirmait que sa campagne électorale allait être une occasion d'appuyer fermement et clairement l'importance de faire des services de base une priorité gatinoise. Il résumait cette volonté à être « asphaltiste ».

L'initiateur de l'équipe d'indépendants admet que de tels propos d'un des membres de ce regroupement peuvent représenter un danger pour la perception des gens. « Je le dis publiquement, je ne suis pas du tout ravi de cette sortie de M. Duggan. C'est une surprise pour moi. Il utilise un terme qui est à mon avis très réducteur. »

La déclaration de M. Duggan a une fois de plus forcé M. Champagne à clarifier le concept d'« équipe » d'indépendants qu'il met en place en prévision de la prochaine élection municipale. « On se définit comme des gens qui travaillent ensemble, mais ça ne veut pas dire qu'on partage la même opinion dans tous les dossiers, a-t-il répété. Mais comme nous travaillons ensemble, j'aurais trouvé intéressant de pouvoir avoir une discussion avec M. Duggan avant sa sortie afin de voir ce qu'il voulait faire avec ça. »

M. Champagne précise que l'« équipe » d'indépendants est avant tout un « espace d'échanges » entre les membres qui la complète. « Il ne faut pas nous accorder quelque chose que nous ne sommes pas, insiste-t-il. On se donne un espace d'échanges, mais nous ne sommes pas en train de travailler sur un programme commun. Nous n'allons pas proposer un programme de 500 millions $ de dépenses. Nous sommes un groupe de gens qui avons des positions communes et d'autres qui diffèrent. Nous sommes des indépendants qui allons faire notre campagne électorale chacun de notre côté, comme tous les autres indépendants. »

M. Champagne demeure toutefois convaincu que les attentes des Gatinois face à la livraison des services de base sont considérables et qu'il revient au conseil municipal de répondre à ces attentes. Même s'il refuse catégoriquement l'étiquette d'asphaltiste, il n'accorde pas moins d'importance à l'état des routes, la qualité de l'eau potable, le transport en commun ou la sécurité dans les quartiers. « Je crois qu'il nous faut trouver un meilleur équilibre entre ce que veulent les citoyens et les grands projets qui ne font pas nécessairement partie des priorités des gens, dit-il. Quand on cogne aux portes, ce dont les gens parlent, c'est la vitesse dans la rue, l'entretien des infrastructures et l'ensemble des services de base. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer