L'ombudsman passe deux heures dans le cabinet du maire

La rencontre au cabinet du maire de Gatineau... (Archives, Le Droit)

Agrandir

La rencontre au cabinet du maire de Gatineau a duré environ deux heures.

Archives, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Ombudsman de la Ville de Gatineau et son équipe de commissaires ont passé deux longues heures à discuter avec le maire Maxime Pedneaud-Jobin et la direction générale, vendredi matin, afin d'avoir, de part et d'autre, une meilleure compréhension des éléments contenus dans le plus récent rapport qui devra être rendu public avant le 1er décembre prochain.

Ce rapport serait qualifié d'« inacceptable et irrecevable » dans sa formulation actuelle par la direction générale et le maire de Gatineau.

« C'est le processus normal qu'on fait chaque année avant le dépôt du rapport, a rappelé le président du conseil municipal, Daniel Champagne, qui a assisté à la rencontre à huis clos. Nous avons eu une rencontre extrêmement constructive et productive. Ça nous a permis de mettre les points sur le "i" et les barres sur les "t" et de bien comprendre où l'Ombudsman allait avec son rapport. »

L'ombudsman, André Guay a ajouté que tout le monde avait maintenant « une même compréhension des événements ». Il a ajouté qu'il reviendra aux commissaires de décider ensemble ce qu'ils comptent faire des commentaires de la direction générale de la Ville et du cabinet du maire. 

Les commissaires du Bureau de l'ombudsman étaient convoqués à une rencontre à huis clos, jeudi, afin de faire le point sur l'attitude à adopter face à l'administration dans la défense du rapport qu'ils ont produit. Cette rencontre devenait aussi l'occasion de faire le point sur tous les remous causés par les révélations du Droit cette semaine. 

Les commissaires filent en douce

L'Ombudsman a admis qu'il n'était pas présent à cette rencontre, jeudi soir. Il a ajouté qu'il n'avait pas eu le temps de revenir sur cette rencontre tenue par son équipe avant la réunion au cabinet du maire vendredi. Alors que Le Droit s'entretenait avec l'Ombudsman dans le lobby du cabinet du maire, tous les commissaires, sans exception, ont quitté l'endroit par la porte de côté. Il a été impossible de les interpeller au terme de la rencontre de vendredi matin. 

M. Guay a refusé de s'avancer sur l'éventualité que des passages de son rapport puissent être modifiés à la suite des discussions avec le maire et la direction générale. « Je ne peux pas me prononcer là-dessus, je dois d'abord rencontrer les commissaires et ensuite nous déciderons de la finalité du rapport », a-t-il dit. 

M. Guay affirme ne pas avoir eu la chance de revenir avec son équipe sur ses craintes quant à la volonté de certains d'utiliser leur position de commissaire pour faire avancer un « agenda politique caché ».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer