Début de retour à la normale

«Les gens vont devoir s'armer de patience», a... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

«Les gens vont devoir s'armer de patience», a averti le maire de Gatineau.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crue historique en Outaouais
Crue historique en Outaouais

Tout sur la crue historique de 2017 »

Pendant qu'une grande partie de la population gatinoise reprendra sa routine mercredi, les sinistrés et les évacués continueront de se battre contre l'eau, dont la présence sévit toujours durement malgré la baisse encourageante des niveaux de l'eau. Ce n'est qu'après sa disparition complète que l'ampleur des dégâts pourra être mesurée et que le long processus de réintégration pourra être entamé.

Après deux jours à tourner au ralenti, la Ville de Gatineau reprendra de la vitesse, mercredi. Les fonctionnaires de tous les paliers de gouvernement qui étaient en congé forcé doivent retourner au boulot. Tous les établissements d'enseignement qui étaient fermés - du primaire à l'université - rouvrent aussi leurs portes.

Le quotidien des sinistrés sera tout autre. Même si l'eau a baissé d'un à deux centimètres par heure mercredi, il pourra s'écouler « quelques semaines » avant son départ complet, a fait savoir mardi le directeur régional de la Sécurité civile, Gaëtan Lessard. 

« Il pourrait y avoir localement des hausses, mais on est véritablement dans la décrue, a-t-il dit. On demeure vulnérable aux précipitations qui pourraient arriver sur le territoire de l'Outaouais, mais actuellement, les prévisionnistes d'Environnement Canada nous disent qu'il n'y a rien de sérieux sur un horizon de sept jours. »

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a averti que « les gens vont devoir s'armer de patience ». Il n'est pas question de voir les évacués rentrer chez eux dans l'immédiat pour entamer le nettoyage et les réparations. Les dizaines de milliers de sacs de sable et les déchets ne doivent pas être ramassés « trop tôt », a indiqué M. Pedneaud-Jobin. D'abord pour assurer une protection en cas de récidive des crues, mais aussi parce que les autorités doivent s'assurer de la stabilité des rues lorsqu'elles seront délivrées de l'eau. 

« Même si l'eau est disparue, ça ne veut pas dire que ce qui est en-dessous est solide », a rappelé le maire. En attendant la réintégration, il y a « toujours deux fois plus de policiers sur la route qu'en temps normal », a-t-il ajouté.

Gatineau envisage par ailleurs d'imiter Ottawa et d'offrir un répit financier aux sinistrés en reportant de plusieurs mois le paiement de leurs taxes municipales. 

« On est en train de regarder la mécanique d'une décision comme celle-là, a affirmé M. Pedneaud-Jobin. Le cadre légal n'est pas tout à fait le même, mais en principe, c'est une bonne idée et on est en train de voir si on est capable de faire quelque chose comme ça. »

Les dons sont encore les bienvenus pour soutenir les sinistrés. 

La Ville répertorie sur son site Internet les organismes qui peuvent recueillir les différents types de dons. « Continuez d'être généreux, les besoins vont être très grands », a souligné Gaëtan Lessard.

Il n'est pas écarté que les militaires présents depuis la fin de semaine soient mis à contribution pour la suite des choses.

« Notre rôle ici, c'est de répondre aux besoins, a mentionné le lieutenant-colonel du 12e Régiment blindé du Canada, Éric Landry. Donc la Ville - je l'ai dit plusieurs fois - est tellement en contrôle de la situation que mon rôle est d'amener des ressources complémentaires. Donc tant qu'on va avoir des tâches pour aider, pour supporter, pour appuyer ce que la Ville fait déjà, mes soldats sont ici. J'ai plus de 400 soldats qui sont déployés sur le terrain, j'ai un escadron qui est dédié seulement à la ville de Gatineau et un autre qui fait toute la périphérie, donc les soldats sont ici, il y a une présence permanente et nous allons être ici pour répondre aux besoins tant que ce sera nécessaire. »

Le gouverneur général en visite à Gatineau

Le gouverneur général du Canada David Johnston s'est dit « de tout coeur » avec les résidents de la rue Hurtubise et les autres Gatinois touchés par les inondations.

Le gouverneur général du Canada David Johnston... (Étienne Ranger, Le Droit) - image 3.0

Agrandir

Le gouverneur général du Canada David Johnston

Étienne Ranger, Le Droit

« Je sais que plusieurs sinistrés ne peuvent entrer chez eux et que les rivières ne retournent pas dans leur lit aussi rapidement qu'on le voudrait. Ceci dit, votre résilience et l'appui de tous les Canadiens vous permettront de passer à travers cette épreuve. »

Celui qui est aussi commandant en chef était de passage à Gatineau, mardi, pour constater l'ampleur des dégâts.

« Les dégâts que subissent les maisons et les infrastructures routières sont indescriptibles. Les images à la télévision et sur les médias sociaux ne rendent pas justice à l'incroyable force des eaux et à leur effet dévastateur. »

Le gouverneur général a dit ne pas oublier les autres Canadiens sinistrés. « Nous sommes de tout coeur avec les sinistrés. »

Avec Louis-Denis Ébacher, Le Droit




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer