Des citoyens mécontents

Louise Goneau et son frère Daniel ont dénoncé... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

Louise Goneau et son frère Daniel ont dénoncé le manque d'aide de la Ville.

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crue historique en Outaouais
Crue historique en Outaouais

Tout sur la crue historique de 2017 »

Pour certains sinistrés de l'est de la ville, l'arrivée des soldats des Forces armées canadiennes en sol gatinois survient trop tard.

Une couple de personnes vivant sur le boulevard Hurtubise ont manifesté leur colère dimanche matin contre les autorités municipales. 

«Nous n'avons pas d'aide», a pesté Louise Goneau, soeur de Sylvie Goneau, conseillère municipale et candidate à la mairie contre le maire Maxime Pedneaud-Jobin aux élections de novembre prochain.

«Il n'y a pas de numéro de téléphone à appeler pour demander des sacs de sable. On appelle la conseillère qui appelle ses contacts pour qu'ils nous livrent des sacs. Le 3-1-1 ne veut pas nous prendre en charge parce qu'ils sont débordés. On attend 30 minutes au téléphone pour nous faire dire qu'on doit aller au poste de commandement pour aller chercher nos choses. On avait besoin d'aide pour nous aider à mettre des sacs. On ne l'a pas eue», a continué Mme Goneau, avançant que le manque d'aide dans le quartier pourrait être motivé par des questions politiques.

Le maire Pedneaud-Jobin a indiqué que la Ville de Gatineau évaluera après la crise si les autorités auraient dû appeler l'armée plus tôt.

«Est-ce que ça aurait fait une différence ou non ? Je pense qu'en plein milieu de la crise, ce n'est peut-être pas le moment de regarder ça. On fera le bilan et on se préparera pour la prochaine fois», a-t-il expliqué.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer