Inondations à Gatineau: l'heure est aux demandes d'indemnités

La  rue Hurtubise est redevenue praticable à la... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

La  rue Hurtubise est redevenue praticable à la suite de la baisse du niveau de l'eau.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Gatinois dont la résidence ou le commerce a été endommagé par la crue des eaux ont rendez-vous mardi avec les autorités du ministère de la Sécurité publique pour présenter leur formulaire de réclamation d'aide financière afin d'obtenir une indemnisation pour certains dégâts et pertes matérielles. Un premier versement pourrait leur être remis dès le milieu de la semaine.

Quelque 75 personnes se sont présentées lundi soir à la séance d'information du gouvernement au Centre sportif de Gatineau. C'est au même endroit que les sinistrés doivent se rendre, mardi. Des analystes seront présents pour les aider.

« Il faut être rapide, a précisé Denis Landry, directeur du rétablissement à la Sécurité publique. Les gens ont besoin de cet argent. C'est essentiel pour protéger leur maison, pour nettoyer leur maison. Par la suite, lorsqu'une première évaluation des dommages sera faite, c'est là qu'on versera une somme beaucoup plus importante pour compléter les travaux ».

Plusieurs biens matériels dans les pièces essentielles sont admissibles à une indemnisation, comme un ensemble laveuse-sécheuse et des meubles dans une chambre utilisée au sous-sol qui auraient été endommagés par l'eau. 

Un deuxième salon au sous-sol n'est pas considéré comme une pièce essentielle, ont toutefois prévenu les autorités gouvernementales.

Le travail d'urgence comme le déplacement des meubles à un étage supérieur, le placardage des fenêtres ainsi que la préparation et l'installation de sacs de sable, entre autres, peuvent aussi faire l'objet d'une réclamation à raison de 11,25 $/l'heure pour les personnes qui ont travaillé. 

Des composantes comme la fondation de béton et l'isolation sont aussi couvertes par le programme d'aide financière lors de sinistres du gouvernement. 

Toutefois, l'aménagement paysager, la perte de revenu, les dommages à une piscine et à une clôture, notamment, sont exclus de la liste des biens pouvant être indemnisés.

« Les chauffe-eau qui ont eu deux pieds d'eau, on remplace ça. Des 40 gallons, des 60 gallons, on les remplace systématiquement à deux pieds d'eau. Si c'est plus bas que deux pieds, que vous avez eu quelques pouces d'eau, on va peut-être le réparer au besoin », a précisé M. Landry.

Des experts du gouvernement en évaluation des dommages visiteront aussi les maisons et commerces affectés.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, s'est présenté à la réunion. Il a indiqué que la Ville fera un bilan de la gestion de la crise. Il a demandé aux citoyens affectés d'écrire à son bureau pour lui signaler ce qui a bien et moins bien fonctionné. « Nous allons prendre des notes. Avec l'organisation municipale, nous ferons un bilan pour que, si jamais ça se reproduit, nous puissions améliorer nos protocoles, les remettre en question, les raffiner », a-t-il expliqué.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer