Le FMG reprend son souffle

Le président du FMG dit avoir certains projets... (Martin Brunette, Archives Le Droit)

Agrandir

Le président du FMG dit avoir certains projets dans les cartons pour renouveler le festival, mais il n'a pas voulu en dévoiler les détails.

Martin Brunette, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Festival de montgolfières de Gatineau (FMG) a résolument retrouvé le chemin de la rentabilité en 2016, mais son succès demeure encore trop lié aux aléas de dame Nature, admet le nouveau président de l'événement, Stéphane Riel.

Un surplus de 246 893 $ a été enregistré pour l'édition 2016 du FMG. Il s'agit de la deuxième année consécutive où le FMG présente un bilan financier positif après deux années très difficiles qui avaient grandement fragilisé l'événement. 

Consciente qu'une édition du FMG n'est pas garante de la suivante, la direction du FMG poursuit sa réflexion qui doit éventuellement permettre à l'événement de se renouveler et de minimiser le risque d'une météo qui refuserait de collaborer. 

« On continue de réfléchir, mais notre première priorité était de se relever de nos deux très mauvaises années, indique Stéphane Riel. Il faut que le bas de laine continue de se construire. La température est un facteur extrêmement important et le niveau de risque est actuellement trop élevé pour être très audacieux. Là, on reprend notre souffle et d'ici deux ou trois ans on devrait être en mesure de voir des nouveautés au festival. 

M. Riel ajoute qu'une planification budgétaire plus serrée et les efforts faits pour aller chercher de nouveaux revenus en offrant son expertise à d'autres organisations de la région permet au FMG de diminuer la pression financière que causerait une édition marquée par la mauvaise température. 

Le président du FMG dit avoir certains projets dans les cartons pour renouveler le festival, mais il n'a pas voulu en dévoiler les détails. L'organisation travaillait depuis quelques années au développement d'une installation permanente au parc de La Baie, mais des facteurs environnementaux empêchent la réalisation d'un tel projet. 

Le FMG entend répéter l'expérience amorcée l'an passé avec la mise en place de sites alternatifs de décollage des montgolfières, ce qui permet une plus grande latitude aux aérostiers. L'événement demeure aussi résolument familial. Une proportion de 43 % des visiteurs du FMG en 2016 était accompagnée d'enfants ou d'adolescents. Plus de 40 000 visites ont été effectuées par des enfants de dix ans et moins.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer