«On va y goûter»

«Mais là, c'est le ruisseau Moreau qui déborde,... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

«Mais là, c'est le ruisseau Moreau qui déborde, donc on a sorti les choses du sous-sol, parce qu'on va y goûter.»

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jean-Guy Momy ne se fait pas d'illusion. «On s'en sauvera pas», dit le résident de Pointe-Gatineau, qui constatait l'ampleur des dégâts causés par la crue des eaux dans son quartier, mardi matin.

Pour l'instant, il n'y a pas encore une goutte d'eau dans la résidence de M. Momy, à l'angle de la rue Jacques-Cartier et de la rue René. «Mais là, c'est le ruisseau Moreau qui déborde, donc on a sorti les choses du sous-sol, parce qu'on va y goûter.»

Des résidents des environs y ont déjà goûté. C'est le cas de Richard Côté, dont la maison de la rue Saint-Louis a vu deux pouces d'eau s'infiltrer dans le sous-sol. «Ça fait douze ans qu'on est ici, et ce n'est jamais arrivé avant, dit-il. Ça a commencé vers 19h [lundi]. C'est plate parce qu'on n'est pas assurés. Au moins, la plupart des choses étaient rangées dans des boîtes de plastique.»

Un peu partout sur les terrains du secteur, des drains et des tuyaux se vidaient, la plupart du temps dans une rue déjà submergée. À certains endroits sur les rues Saint-Louis, René et Saint-François-Xavier, il faut des bottes de caoutchouc d'au moins 30 centimètres de hauteur pour s'aventurer sur la chaussée.

Les automobilistes doivent donc emprunter un détour par l'autoroute 50 et le chemin de la Savane pour éviter la rue Saint-Louis, entre les bretelles d'accès de la voie rapide et le boulevard Gréber. La rue Jacques-Cartier, tout près de là, est également fermée entre les rues Saint-Louis et Saint-Antoine, la rivière des Outaouais s'étant frayé un chemin jusqu'à la chaussée. 

«La neige a fondu trop vite cette année, estime Brennan Ronald, dont la résidence de la rue Saint-Louis a heureusement échappé aux inondations. Je n'ai pas peur de la pluie qui s'en vient, j'ai plus peur de la fonte des neiges.»

Sacs de sable

La Ville de Gatineau distribue des sacs de sable pour les citoyens à l'édifice Eugène-Beaudoin, situé au 476, boulevard Saint-René Est. Mais pour certains, les autorités municipales devraient en faire davantage.

«La Ville devrait faire plus d'efforts, croit Jean-Guy Momy. Avec des petites voitures, on ne peut pas prendre assez de sacs de sable. La Ville devrait venir avec des camions et laisser des palettes de sacs pour les gens.»

Le directeur des communications de la Ville, Jean Boileau, souligne que des sacs de sable ont été apportés à certains endroits, notamment sur la rue Cartier, près du pont Alonzo-Wright.

«On va évaluer la situation au fil des prochaines heures», a-t-il indiqué mardi après-midi.

Les autorités municipales surveillent plusieurs autres secteurs, notamment la marina Sanscartier, la rue Hurtubise, ainsi que les chemins du Fer-à-Cheval et Fraser.

Sur la rue Jacques-Cartier, des toiles de plastiques ont été installées sous des couvercles d'égouts sanitaires, «pour ne pas que ce réseau-là soit engorgé par l'eau de la rivière», a fait savoir M. Boileau.

Les autorités continueront de surveiller la situation de près, puisque le niveau de l'eau est appelé à grimper au cours des prochains jours.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer