Pas de gants d'assaut pour les policiers de Gatineau

Les gants d'assaut utilisés par certains policiers d'Ottawa... (Patrick Woodbury, archives Le Droit)

Agrandir

Les gants d'assaut utilisés par certains policiers d'Ottawa ne sont pas portés par les agents des corps policiers de Gatineau ni de la MRC des Collines.

Patrick Woodbury, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les gants d'assaut utilisés par le policier d'Ottawa Daniel Montsion, accusé de l'homicide involontaire d'Abdirahman Abdi, ne sont pas employés du côté québécois de la rivière des Outaouais.

Ces gants d'assaut sont renforcés aux jointures, contrairement aux gants réguliers de kevlar ou de cuir, que portent d'autres policiers.

Les gants de l'agent Montsion, observés lors de l'incident impliquant M. Abdi, le 24 juillet 2016, sont utilisés dans certaines organisations militaires ou groupes tactiques.

Ces gants noirs, modèle Oakley Standard Issue, ne doivent pas être considérés comme une arme, répète le président de l'Association des policiers de l'Ontario, Bruce Chapman.

Cependant, un coup porté au corps ou à la tête avec ce type de gants peut être plus dommageable qu'un coup donné avec un gant régulier.

À Gatineau, aucune division ne porte ces gants. «Nous n'utilisons pas ce type d'équipement, explique l'agente Andrée East, du Service de police de la Ville de Gatineau. Nos policiers sont équipés de gants traditionnels de kevlar qu'ils utilisent principalement lorsqu'ils procèdent à des fouilles.»

Le son de cloche est le même du côté de la police de la MRC des Collines. «Nous utilisons des gants de kevlar fournis par le service de police, dit le sergent Martin Fournel. (Les gants d'assaut Oakley Standard Issue) ne sont pas des pièces d'équipement fournies par l'employeur.»

«Des groupes de policiers peuvent utiliser quelque chose de différent, mais pas ce modèle-là», rajoute le sergent Fournel.

«Pas une arme»

L'agent Daniel Montsion a récemment été accusé au criminel d'homicide involontaire, d'agression armée et de voies de fait graves, après une altercation avec Abdirahman Abdi. L'homme a succombé à ses blessures dans les heures suivant son opération.

Il venait en aide à des collègues, auprès de M. Abdi, qui était agité. L'agent Montsion est un membre de l'Équipe d'intervention directe, qui agit auprès de membres de gangs de rue et de personnes potentiellement dangereuses. Ces gants sont fournis par son unité.

Dans ses conditions de remise en liberté l'agent ne peut, sous ordre de la cour, posséder «n'importe quel gant renforcé aux articulations» ni arme à feu.

La police d'Ottawa n'aurait pas de politique particulière quant à l'utilisation de ce type de gant, a déclaré le président de la Commission des services policiers d'Ottawa, Eli El-Chantiry.

«C'est un outil de protection, commente M. Chapman, dont l'association représente des membres de 52 corps policiers en Ontario. C'est une pièce qui protège le policier lors d'interventions où une personne peut tenter de le piquer avec une seringue ou un couteau, où de la vitre peut être cassée, où n'importe quel objet tranchant peut être manipulé par l'agent, dans le feu de l'action. C'est une pièce de vêtement, pas une arme.»

L'Association ne tient pas de statistiques sur l'utilisation de ces gants. Il précise cependant que le Collège de police de l'Ontario peut former des apprentis à tirer avec ce type de gants, puisque la dextérité n'est pas la même qu'à main nue. «Ça peut être montré à ceux qui s'entrainent au sein des équipes d'intervention tactique.»

L'École nationale de police du Québec, à Nicolet, affirme que ces gants ne font pas partie «des gants de base des patrouilleurs», explique sa porte-parole, Andrée Doré. «Ensuite, ce sont aux corps de police de décider de l'équipement approprié. Évidemment, des groupes anti-émeute vont porter des gants de protection.»

M. Chapman estime que chaque type de policier doit porter le bon vêtement, selon sa tâche. «Des agents à la circulation portent des bottes à bouts renforcés au cas où une voiture roulerait sur son pied. D'un autre côté, les patrouilleurs à vélo seront bien plus efficaces avec des chaussures de sport.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer