Boulevard Saint-Joseph: moins de béton et plus de convivialité

La conseillère Louise Boudrias, le président d'Action vélo... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

La conseillère Louise Boudrias, le président d'Action vélo Outaouais, Jacques Fournier, le président de Vision centre-ville, Nicolas D'Aoust, le maire Maxime Pedneaud-Jobin, le propriétaire du Bistro L'Alambic, David Gomes, la conseillère Denise Laferrière ainsi que le conseiller Jocelyn Blondin.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Du béton, il y en beaucoup trop sur le boulevard Saint-Joseph à Gatineau, une artère très souvent déserte après 17 h, au grand dam de plusieurs commerçants. Le propriétaire du Bistro L'Alambic, David Gomes, est de ceux-là. Il mise gros sur les travaux de réaménagement urbain évalués à 44 millions $ que s'apprête à entamer la Ville de Gatineau pour que le vent tourne.

Ayant pignon sur rue depuis trois ans, l'homme d'affaires ne peut qu'applaudir le processus de consultation publique qu'a amorcé la municipalité. 

Il est loin de s'être fait prier pour participer à l'une des trois marches exploratoires organisées la semaine dernière afin de tâter le pouls des citoyens et des commerçants du secteur sur le concept de revitalisation du tronçon de 2,7 km du boulevard Saint-Joseph compris entre les boulevards Saint-Raymond et Alexandre-Taché. Les travaux doivent s'effectuer par étapes jusqu'en 2021.

« Ça fait longtemps qu'on attend ça. Il y a tellement de béton sur le boulevard Saint-Joseph, il y a des îlots de chaleur l'été, des coups de vent, etc. On a hâte de voir des arbres, des gens, des bancs, du plaisir. Ce que je désire, c'est qu'on ne s'attarde surtout pas à la petite pancarte qui est croche, à du micro. Il faut regarder le macro, les choses majeures comme une piste cyclable. On veut attirer les gens. Ce qu'on veut, c'est redonner vie au boulevard », affirme M. Gomes. 

Ne cachant pas avoir lui-même déjà traversé une dure période, il croit que le statu quo forcera certains commerces à mettre la clé dans la porte dans les prochaines années.

Les travaux de réaménagement redonneront donc espoir à plusieurs, dit-il. 

« St-Joseph a déjà été un boulevard attrayant par le passé. [...] Il ne faut pas juste des professionnels, moi ici ma clientèle le midi c'est les employés du gouvernement et les professionnels, mais à 16 h 30, c'est mort. J'ai un peu le même défi que les gens du centre-ville. Prenez l'intersection Montclair-Saint-Joseph. Elle devrait être majeure, mais il y a un terrain vacant depuis près de huit, neuf ans. Il n'y a rien qui se passe et pendant ce temps-là, nous les petits commerçants, on se fait réglementer et taper sur les doigts pour plein de petites choses », lance-t-il, se disant prêt à vivre avec les conséquences lorsque les pelles mécaniques s'activeront, par exemple en offrant des rabais à sa clientèle. 

Le processus de participation publique se poursuivra en avril avec une rencontre de travail en groupe. Une activité de rétroaction suivra le mois suivant et le concept définitif du projet sera dévoilé en octobre. 

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin croit qu'avec les rénovations de centres commerciaux comme les Galeries de Hull et Village Place Cartier, les astres sont bien alignés pour que le secteur se développe de belle façon. Et l'idée de consulter la population était cruciale, selon lui, afin de s'assurer d'avoir un concept qui fait consensus. 

« Ici, c'est un quartier où il y a tous les éléments pour avoir une vraie vie urbaine. Les gens y travaillent, y consomment, ont des loisirs et habitent dans le quartier. C'est un endroit où il y a tout ce qu'il faut pour que les gens puissent marcher et aller à vélo d'un endroit à l'autre, mais disons qu'actuellement le boulevard Saint-Joseph ne favorise pas ça », indique-t-il, citant au passage l'exemple de la rue Principale, dans le secteur Aylmer.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer