Guertin: il ne faut pas faire les choses «n'importe comment»

Stéphanie Vallée refuse de signifier sa position face... (Patrick Woodbury, archives Le Droit)

Agrandir

Stéphanie Vallée refuse de signifier sa position face au projet de loi privé de la Ville de Gatineau pour le futur aréna Guertin.

Patrick Woodbury, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Aréna Robert-Guertin
Aréna Robert-Guertin

Tout sur le dossier de la rénovation de l'aréna Robert-Guertin. »

La ministre responsable de l'Outaouais, Stéphanie Vallée, continue d'entretenir le flou sur sa position en vue de l'adoption du projet de loi privé demandé par la Ville de Gatineau dans le dossier du futur aréna Guertin.

Bombardée de questions par les journalistes au terme d'une conférence de presse, vendredi matin, Mme Vallée a refusé d'indiquer si elle allait appuyer la demande formulée par la Ville. Ses propos laissent toutefois percevoir une opposition assez claire de sa part.

« C'est un beau projet, mais dans la façon de faire les choses, ce n'est pas parce qu'on a un beau projet qu'on fait les choses n'importe comment, a-t-elle lancé avec un peu d'impatience dans la voix. Il y a des règles à suivre et il y aura des démarches pour la suite des choses. »

Invité à réagir aux propos de Mme Vallée, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a indiqué ne pas vouloir « argumenter par média interposé » avec la ministre. Son attaché de presse, François Léveillé, a indiqué que le maire « invite à nouveau la ministre à entrer en contact avec lui si elle a des questions sur le projet ou le processus et il tient à rappeller que, évidemment, 100 % de l'argent public investi dans le projet sera dépensé par appels d'offre. »

Mme Vallée a rappelé que les élus gatinois n'étaient pas unanimes quant aux façons de faire dans ce projet. « Pourquoi on n'est pas capable de respecter les règles en place ? a-t-elle demandé. On parle de 104 millions $, dont 26,5 millions $ proviennent de Québec. Il y a des raisons pourquoi les règles sont en place. Les processus d'appel d'offres sont en place pour une raison. »

Le président des Olympiques de Gatineau, Alain Sear, a indiqué au Droit, la semaine dernière, que quatre des cinq députés libéraux de la région étaient « 100 % derrière le projet ». 

Ce dernier n'avait cependant pas voulu identifier quel était l'élu provincial qui faisait bande à part. « Je ne commente pas ce genre d'analyse », a insisté Mme Vallée.

La ministre régionale a par ailleurs souligné que le projet de loi 122 sur l'autonomie municipale actuellement à l'étude à Québec prévoyait certaines dispositions, notamment en ce qui concerne les baux emphytéotiques, ce qui pourrait complexifier encore un peu plus le projet de construction présenté par Gatineau. 

À la question : « allez-vous appuyer le projet de loi privé de la Ville de Gatineau », Mme Vallée a simplement répondu, « on n'en est tout simplement pas là. »

Avec Justine Mercier




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer