Québec doit investir dans les aéroports régionaux

Le conseiller et président de l'aéroport de Gatineau,... (Archives, Le Droit)

Agrandir

Le conseiller et président de l'aéroport de Gatineau, Jean Lessard

Archives, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le gouvernement du Québec devra investir au minimum 5 millions $ par année, pendant quelques années, pour permettre aux aéroports régionaux de devenir de véritables moteurs de développement économique, affirme le conseiller et président de l'aéroport de Gatineau, Jean Lessard.

Ce dernier était à Lévis, jeudi, pour une conférence organisée par l'Union des municipalités du Québec (UMQ) sur l'avenir du transport aérien en région, qui réunissait une soixantaine d'élus municipaux et gestionnaires d'aéroports. Le but était de définir les orientations et les prises de position de l'UMQ en prévision d'un sommet organisé par le gouvernement du Québec sur cette question en 2017. 

« L'enjeu des investissements en infrastructures est le même pour tous les aéroports régionaux, a-t-il affirmé au Droit, alors qu'il était sur le chemin du retour. Il faut investir dans les infrastructures pour attirer des entreprises et faire du développement économique. »

L'UMQ n'a pas encore pris de position officielle, mais le comité des aéroports a avancé le chiffre de 5 millions $ d'investissements sur une base annuelle, pendant plusieurs années, a indiqué M. Lessard. 

« À Gatineau, il y aura bientôt des hangars à rénover, ce sont de gros montants et sans la participation du gouvernement, nous allons devoir trouver cet argent dans le budget de la Ville, explique le président de l'aéroport. Nous avons aussi besoin d'infrastructures comme des chemins de services nous permettant de développer nos terrains à l'est de l'aéroport. Ça serait possible de le faire sans l'aide du gouvernement, mais dans ce cas, ce sont les contribuables gatinois qui devront payer. Certaines villes ont décidé de fonctionner comme ça, mais c'est une décision à prendre. »

M. Lessard affirme qu'il doit faire, la semaine prochaine, un bilan des efforts faits depuis le dépôt du plan de relance de l'aéroport, il y a un an. Il précise toutefois qu'il ne faut pas s'attendre à l'annonce de la venue d'un investisseur sur les terrains de l'aéroport.

Le vieux logo et des mauvais numéros de téléphone

Le gouvernement du Québec devra investir au minimum 5 millions $... (Courtoisie) - image 3.0

Agrandir

Courtoisie

Il y a des «occasions d'affaires» à l'aéroport de Gatineau. C'est du moins ce qu'indique une vieille enseigne défraîchie installée depuis plus d'une décennie en bordure de l'autoroute 50 et qui utilise toujours le logo de l'ex-Ville de Gatineau. Les gens d'affaires qui arrivent de Montréal, qui se dirigent vers Gatineau et qui sont intéressés à investir à l'aéroport sont invités par ce panneau publicitaire à contacter la Ville grâce à deux numéros de téléphone. Le Droit a voulu savoir si ces numéros étaient toujours fonctionnels. La réponse est non. Le premier numéro permet de contacter le service de l'approvisionnement de la Ville de Gatineau. Le deuxième, un numéro 1-800, atterrit directement dans une boîte vocale... du Festival de montgolfières de Gatineau. Le président de l'aéroport de Gatineau, Jean Lessard, affirme avoir été mis au fait de cette situation il y a quelques semaines seulement. «Je vais poser des questions à savoir pourquoi ça n'a pas été mis à jour, a-t-il indiqué. Je n'ai pas d'explication présentement. C'est le développement économique qui était responsable de la vente de ces terrains. Je vais poser des questions.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer