Gatineau ne bannira pas les pitbulls

Les chiens de type pitbull sont responsable de... (Archives, Le Soleil)

Agrandir

Les chiens de type pitbull sont responsable de 51% des cas de morsures répertoriés sur le territoire de Gatineau, depuis 2014.

Archives, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Gatineau aurait bien voulu bannir les chiens de type pitbull de son territoire, mais elle ne le fera pas. Pas pour l'instant, à tout le moins. Les considérations juridiques et financières ont refroidi les ardeurs de l'administration. Le conseil municipal prendra plutôt la voie du renforcement de la réglementation actuelle, qui encadre la possession de chiens potentiellement dangereux.

« On a eu peur des poursuites, on ne le cache pas, a admis le président de la commission de la sécurité publique de la Ville de Gatineau, Jocelyn Blondin. Ça servirait à quoi d'embarquer dans un processus judiciaire qui ferait retarder les mesures à mettre en place ? C'est juste être prudent plutôt que de devoir aller en cour et engendrer des dépenses publiques sans savoir si on aurait gain de cause. » 

La moitié des morsures 

Depuis 2014, à Gatineau, sur un total de 185 cas de morsures, 96 ont été l'oeuvre d'un pitbull. C'est 51 % des cas répertoriés de morsure sur le territoire de la Ville, d'après la présentation faite aux élus mardi matin. « Réparer une blessure faite par une morsure de pitbull est aussi compliqué que de réparer une blessure par balle », a affirmé Me Claudine Lacasse, avocate au service juridique de la Ville.

Le mandat donné à l'administration par la Commission de la sécurité publique de la Ville de Gatineau, en août dernier, était clair : interdire les chiens de type pitbull sur le territoire, ainsi que bannir et interdire l'achat et la vente de ces chiens. M. Blondin a maintes fois répété qu'il était personnellement en faveur d'un bannissement des chiens de type pitbull.

Devant l'absence de position du gouvernement du Québec et compte tenu des recours juridiques actuellement en cours à Montréal qui a voulu bannir les chiens de type pitbull sur son territoire, les élus gatinois ont préféré s'en tenir à une position moins draconienne. Gatineau prévoit plutôt investir 64 000 $ au cours des six prochains mois pour appliquer avec plus de rigueur la réglementation actuelle. L'argent servira surtout à l'embauche d'une ressource supplémentaire au contrôle animalier. 

« C'est une dépense pour rassurer la population qui est inquiète, explique M. Blondin. On espère que ça va dissuader les gens de se procurer des chiens potentiellement dangereux. C'est la meilleure décision qu'on pouvait prendre dans le contexte actuel. On va attendre de voir ce que va décider le gouvernement du Québec. Ça devrait venir en janvier. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer