La STO inaugure son nouveau garage

  • Optimisation de la circulation avec le système de circulation toujours vers l'avant (sans reculer). (Patrick Woodbury, Le Droit)

    Plein écran

    Optimisation de la circulation avec le système de circulation toujours vers l'avant (sans reculer).

    Patrick Woodbury, Le Droit

  • 1 / 10
  • Capacité de 192 autobus 40 pieds ou 128 autobus 62 pieds (articulés). (Patrick Woodbury, Le Droit)

    Plein écran

    Capacité de 192 autobus 40 pieds ou 128 autobus 62 pieds (articulés).

    Patrick Woodbury, Le Droit

  • 2 / 10
  • Il y a un minimum de colonnes de soutien, facilitant la circulation des autobus. (Patrick Woodbury, Le Droit)

    Plein écran

    Il y a un minimum de colonnes de soutien, facilitant la circulation des autobus.

    Patrick Woodbury, Le Droit

  • 3 / 10
  • Conçu pour l'évolution de la flotte pour les 20 prochaines années. (Patrick Woodbury, Le Droit)

    Plein écran

    Conçu pour l'évolution de la flotte pour les 20 prochaines années.

    Patrick Woodbury, Le Droit

  • 4 / 10
  • Nouveau garage de la STO. (Patrick Woodbury, Le Droit)

    Plein écran

    Nouveau garage de la STO.

    Patrick Woodbury, Le Droit

  • 5 / 10
  • Plusieurs portes d'entrée et de sortie. (Patrick Woodbury, Le Droit)

    Plein écran

    Plusieurs portes d'entrée et de sortie.

    Patrick Woodbury, Le Droit

  • 6 / 10
  • Optimisation de l'organisation de l'espace selon les entretiens à faire. (Patrick Woodbury, Le Droit)

    Plein écran

    Optimisation de l'organisation de l'espace selon les entretiens à faire.

    Patrick Woodbury, Le Droit

  • 7 / 10
  • Le député de Pontiac, André Fortin, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, les conseillers, Gilles Carpentier et Sylvie Goneau, la ministre responsable de l'Outaouais, Stéphanie Vallée, la députée de Hull, Maryse Gaudreault, ainsi que la directrice générale de la STO, Line Thiffeault (Patrick Woodbury, Le Droit)

    Plein écran

    Le député de Pontiac, André Fortin, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, les conseillers, Gilles Carpentier et Sylvie Goneau, la ministre responsable de l'Outaouais, Stéphanie Vallée, la députée de Hull, Maryse Gaudreault, ainsi que la directrice générale de la STO, Line Thiffeault

    Patrick Woodbury, Le Droit

  • 8 / 10
  • Vue extérieur du nouveau centre de la STO. (Patrick Woodbury, Le Droit)

    Plein écran

    Vue extérieur du nouveau centre de la STO.

    Patrick Woodbury, Le Droit

  • 9 / 10
  • La forme du toit en pignon permet la captation et l'évacuation des émanations d'autobus dans leurs plus hauts point et ainsi améliorer la qualité de l'air intérieur. (Patrick Woodbury, Le Droit)

    Plein écran

    La forme du toit en pignon permet la captation et l'évacuation des émanations d'autobus dans leurs plus hauts point et ainsi améliorer la qualité de l'air intérieur.

    Patrick Woodbury, Le Droit

  • 10 / 10

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après avoir été dénoncée de toutes parts pour la gestion déficiente et les dépassements de coûts du Rapibus, la Société de transport de l'Outaouais (STO) n'était pas peu fière, lundi, d'inaugurer son tout nouveau garage de 66 millions $ construit dans les temps et pour 9 millions $ de moins que prévu.

Immense, le nouveau centre d'entretien et d'exploitation de la STO construit par l'entrepreneur Boless s'étend sur une superficie de 276 557 pieds carrés sur le boulevard des Affaires, en bordure de l'autoroute 50. Il permettra d'abriter 192 autobus réguliers ou 129 autobus articulés. De conception LEED, il renferme aussi 17 stations destinées à l'entretien des véhicules. Il doit répondre aux besoins de la STO pour au moins les 20 prochaines années.

Cette nouvelle infrastructure permettra aussi une meilleure répartition des véhicules sur l'ensemble du réseau de la STO, notamment en favorisant leur déploiement dans l'est de la ville. Il en découlera plusieurs centaines de milliers de dollars d'économie dans le budget d'exploitation du transporteur public.

Symbole

De toutes les caractéristiques de ce nouveau centre d'entretien, c'est sans aucun doute sur sa construction dans les temps à l'intérieur des budgets que les différents intervenants présents à l'inauguration ont voulu attirer l'attention, lundi. « Petit garçon, je rêvais d'avoir un garage, mais je ne pensais jamais en avoir un comme celui-là, a lancé à la blague le président de la STO, Gilles Carpentier. Je suis estomaqué de ce qu'on a réussi à faire. Je n'ai jamais comme objectif de rater des projets, mais dans ce cas-ci, la gestion de ce projet a été excessivement rigoureuse. Tout le projet, du début à la fin, a été suivi de manière très serrée par le conseil d'administration de la STO. »

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin a salué le « profond degré d'engagement » de la STO qui a permis de livrer ce projet. « Ça prend du leadership, de l'expertise et de l'engagement pour faire ça, a-t-il ajouté. La STO a fait une profonde remise en question de tous les aspects de son travail depuis trois ans. Ce projet symbolise que ça fonctionne. »

Le gouvernement du Québec a financé 75 % des travaux. La ministre responsable de l'Outaouais, Stéphanie Vallée, a souligné que ce nouveau garage doit servir d'inspiration. « C'est faux de prétendre que les projets publics sont toujours plus coûteux et que ça prend plus de temps, a-t-elle dit. On est capable dans le public d'avoir des projets d'envergure à l'intérieur des délais et des budgets. La STO a décidé de prendre le taureau par les cornes et a relevé le défi avec brio. »

La population de Gatineau sera invitée à visiter les nouvelles installations le printemps prochain lors d'une journée portes ouvertes. Le garage entrera officiellement en fonction le 2 janvier prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer