Le dossier de l'épicerie est encore débattu sur l'île de Hull

Denise Laferrière a précisé dans sa présentation qu'une... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Denise Laferrière a précisé dans sa présentation qu'une épicerie sera viable et viendra d'elle-même lorsqu'il y aura une masse critique assez importante dans le quartier.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De nombreux citoyens ont plaidé lors d'une consultation publique mercredi soir pour qu'une somme disponible de 300 000 $ venant des surplus de l'ancienne Ville de Hull soit dédiée au projet d'une épicerie dans le Vieux-Hull, un quartier de la ville qualifié de « désert alimentaire » par une des quelque 70 personnes présentes à la rencontre citoyenne dirigée par la conseillère du district Hull-Wright, Denise Laferrière.

Réjean Laflamme, président de la Coopérative de solidarité de l'épicerie de l'île-de-Hull, a rappelé que les membres de la Coopérative ont donné le mandat au conseil d'administration de la Coopérative pour qu'il continue son travail pour doter le plus rapidement possible l'île de Hull d'une « épicerie de grande envergure ».

M. Laflamme a indiqué que le groupe est en négociation avec deux propriétaires fonciers pour une épicerie.

« Le projet n'est pas mort, au contraire, il est toujours très vivant. Cet argent (300 000 $) est vraiment essentiel pour que ce projet-là voit le jour. Nous avons un engagement de la caisse populaire d'Hull-Aylmer pour 200 000 $, mais conditionnellement à ce que la Ville, à travers le Fonds de développement des communautés, s'engage au 300 000 $ », a expliqué M. Laflamme, précisant que le projet d'épicerie nécessitera une participation de la communauté d'une somme de 1,5 million $.

La conseillère Laferrière a soumis aux personnes présentes divers scénarios pour dépenser les 300 000 $ qui avaient été réservés pour l'épicerie, mais qui sont « remis au ballottage » après dix ans. Le projet d'épicerie est fait toujours partie des options que propose Mme Laferrière, mais il y a aussi d'autres propositions, dont la mise à niveau et l'ajout d'équipement au parc de l'Île (100 000 $), l'aménagement d'une toilette pour les personnes handicapées au 2e étage du Centre communautaire Père Arthur-Guertin (30 000 $), l'ajout d'une unité de climatisation au Centre communautaire Dupuis (15 000 $), la plantation d'arbres (600 $ par arbres) et la réfection de la fontaine des Bâtisseurs (215 000 $).

« Je veux un coup de sonde de la population que je représente à savoir ce qui est, pour eux, le plus porteur dans les années à venir », a précisé Mme Laferrière, qui a précisé dans sa présentation qu'une épicerie sera viable et viendra d'elle-même lorsqu'il y aura une masse critique assez importante dans le quartier.

L'île de Hull n'a plus de supermarché depuis 1999. Pour Annie Lacasse, une mère monoparentale et membre du groupe de justice sociale présidente du groupe pour la justice sociale ACORN-Gatineau, cela veut dire beaucoup de déplacements en taxi et en autobus avec ses quatre enfants.

« Il nous manque une épicerie à Hull, et nous en avons besoin d'une », a-t-elle plaidé Mme Lacasse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer