Lajeunesse propose un parc à chien au parc Gendron

Le conseiller Martin Lajeunesse propose de transformer le parc... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Le conseiller Martin Lajeunesse propose de transformer le parc Gendron afin d'y accueillir un parc à chiens.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De nombreux résidents du secteur Buckingham demandent à la Ville qu'on leur rende le parc Lanthier, un espace vert qui a été converti en parc à chiens en 2008, mais dont l'aménagement ne permet pas d'assurer pleinement la sécurité du voisinage.

Le parc Lanthier et le seul dans l'est de la Ville où les chiens sans laisse sont acceptés. Le parc comprend un boisé et n'est pas clôturé. Plusieurs résidents qui habitent à proximité du parc se plaignent depuis des années de chiens qui viennent parfois sur leur propriété pour y faire leurs besoins. 

Les politiciens ont eu beau faire des appels à la cohabitation, mais le manque de civisme de certains propriétaires de chiens, jumelé à l'intolérance de certains résidents force maintenant la Ville à trouver une solution ailleurs. 

Le conseiller du quartier, Martin Lajeunesse, propose de transformer le parc Gendron afin d'y accueillir un parc à chiens. « Il est situé dos au garage municipal et au terrain de golf et les maisons sont de l'autre côté de la rue, note-t-il. Il en coûterait environ 30 000 $ pour le clôturer. Je suis prêt à piger dans mon fonds discrétionnaire pour régler ça. Il ne faut cependant pas que les gens attendent trop, il va falloir que ça bouge. »

D'autres élus, à savoir Denise Laferrière et Marc Carrière, appellent à une réflexion plus large sur la question des parcs à chiens à Gatineau. Un total de 25 750 chiens licenciés sont répertoriés à Gatineau. Sur les 356 parcs que comprend la Ville de Gatineau, 319 interdisent complètement la présence des chiens. 

« Environ 90 % de nos parcs interdisent la présence de chiens, c'est important, note M. Carrière. Une révision de notre politique est nécessaire, mais la réflexion doit toucher l'ensemble du territoire. C'est une question de sécurité, de quiétude et de qualité de vie des gens. »

Gatineau n'arrive pas à se trouver un directeur de l'urbanisme

La Ville de Gatineau peine à se trouver un nouveau directeur de l'urbanisme. L'administration vient de lancer un troisième appel de candidatures. Les deux premiers n'ont rien donné. Le maire Maxime Pedneaud-Jobin qualifie la situation de «difficile». «Nous avons vécu des difficultés extrêmement médiatisées au cours des dernières années, explique le maire. Pendant un certain temps, c'était devenu un sport national de dire que tout était de la faute de l'urbanisme, alors que ce n'était pas vrai. Nous avons fait des réformes importantes, cela va donner des résultats, et le défi est intéressant. La personne qui va occuper ce siège en aura quand même beaucoup sur les épaules parce qu'on sera exigeant.»  Le poste est vacant depuis la nomination de Catherine Marchand au poste de directrice du module de l'aménagement du territoire et du développement économique, en juin dernier. Elle était auparavant directrice déléguée de l'urbanisme. Elle a mené, et mène toujours l'importante réforme en cours au sein de ce service.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer