Gatineau prend du retard dans ses travaux d'infrastructures

Des 141 projets d'infrastructures adoptés par le conseil... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Des 141 projets d'infrastructures adoptés par le conseil municipal de Gatineau et devant être réalisés en 2016, 65 sont réalisés, en chantier ou ont fait l'objet de l'octroi d'un contrat. Cela représente un taux de réalisation de 51%.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les services des infrastructures et des travaux publics de la Ville de Gatineau ont pris un retard considérable dans la liste des travaux qui étaient au menu en 2016, révèle un bilan fait aux élus, mercredi matin, dans le cadre de l'étude du budget 2017.

Des 141 projets d'infrastructures adoptés par le conseil municipal et devant être réalisés en 2016, 65 sont réalisés, en chantier ou ont fait l'objet de l'octroi d'un contrat. Cela représente un taux de réalisation de 51%. 

Le bilan indique aussi que de 39 chantiers prévus en 2015, 35 ont dû être réalisés en 2016. C'est donc dire que le taux de réalisation des travaux atteint 68% en 2016, en incluant les travaux de 2015 qui ont été repoussés en 2016. 

L'an passé marquait la première présentation de ce type de bilan par le service des infrastructures. Le taux de réalisation en 2015 atteignait 83%. 

Les taux de réalisation en 2016 varient selon la nature des chantiers prévus, à savoir, entre autres, 44% pour les aqueducs et égouts, 46% pour les sentiers récréatifs, 59% dans le réseau routier, 60% pour les édifices et 63% pour les parcs et aménagements urbains.

Le service des infrastructures a indiqué être «satisfait du travail accompli» et a ajouté qu'un taux de réalisation de 100% était tout simplement «impossible». 

Des projets urgents et imprévus, des équipes de travail qui ne sont pas entières (9 des 45 postes liés à la livraison de projet ne sont pas pourvus), les exigences environnementales et la réalisation de projets de l'année antérieure sont au nombre des difficultés rencontrées par l'administration municipale. 

Ce bilan a fait dire à la conseillère et la candidate à la mairie en 2017, Sylvie Goneau, qu'il était d'abord important «de prévoir des objectifs qui sont réalisables». Cette dernière souhaite faire une réflexion pour qu'un meilleur rendement puisse être affiché par l'administration.

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a ajouté qu'il s'agit d'un sujet où il est important pour les politiciens de dire la vérité à la population, notamment parce qu'il en découle parfois des promesses repoussées dans le temps.

«Ce genre de bilan documenté et détaillé nous permettra toutefois d'être plus fort devant les gouvernements pour les programmes de subventions, a-t-il lancé. Ça va nous aider à négocier des critères de programmes qui correspondent mieux aux réalités des villes.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer