Le tramway séduit les usagers

La STO est allée à la rencontre des... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

La STO est allée à la rencontre des usagers mercredi soir dans le secteur Hull afin de répondre à leurs questions et connaître leurs préoccupations.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Visiblement, l'idée d'implanter un tramway comme futur lien rapide de transport en commun vers l'ouest de Gatineau séduit bon nombre de citoyens, et ce même si la facture d'un tel scénario pourrait avoisiner les 600 millions $.

À peine 72 heures après avoir lancé une consultation publique sur le sujet, la Société de transport de l'Outaouais (STO) est allée à la rencontre des usagers mercredi soir dans le secteur Hull afin de répondre à leurs questions et connaître leurs préoccupations. 

Pour Alexandre Bordeleau, qui considère que la STO a en général une offre de services assez bonne dans le secteur ouest malgré quelques irritants comme le fait que les autobus de certains circuits sont régulièrement pleins à craquer même tôt en matinée, un tramway qui passerait par le secteur du Plateau est sans l'ombre d'un doute l'option à privilégier. Même si le tout implique un coût plus élevé, un facteur qui pourrait s'avérer le nerf de la guerre. 

« Moi, ce dont j'ai peur, c'est une dualité entre les automobilistes et les usagers du transport en commun. Pour moi, les taxes ne sont pas dérangeantes. Je préfère un projet de société rassembleur qui va encore servir dans 30 ans plutôt que de patcher des trous. Ça ne sert à rien d'avoir quelque chose qui sera désuet dans cinq ans », affirme le citoyen qui voyage quotidiennement en autobus pour se rendre au travail. 

Dans le meilleur des mondes, selon M. Bordeleau, le tramway circulerait dans les rues de l'ouest de la ville dans un horizon de cinq à huit ans. 

De son côté, la présidente de l'Association des résidents des Jardins-Taché, Sylvie Turcotte, le scénario du tramway est également à considérer fortement, elle qui indique que la sécurité est la priorité numéro un des citoyens du quartier.

« Ça fait longtemps qu'on le répète, c'est très dangereux sur Alexandre-Taché. La STO ne m'a jamais dit si j'avais tort ou raison, mais on estime qu'environ 700 autobus y circulent par jour, sans compter les milliers d'automobilistes », dit-elle, disant considérer que le secteur Gatineau, avec le Rapibus, est beaucoup mieux desservi par la STO.

La Gatinoise Lili Lemieux abonde dans le même sens, estimant qu'il faut encourager les gens à avoir le réflexe de laisser leur voiture à la maison. 

« Le Plateau s'est tellement développé que ça prend vraiment une refonte du service. [...] Ce qui me plaît, c'est une combinaison de scénarios, mais le tramway serait une belle option pour l'avenir. Ce serait merveilleux de passer dans le secteur en arrière de l'UQO et se rendre au centre-ville d'Ottawa. [...] Je pense qu'il y a une réflexion qui n'a pas été faite il y a dix ans quand le boulevard des Allumettières a été fait. Il aurait fallu penser au transport en commun, c'est vraiment dommage », lance-t-elle. 

La seconde soirée portes ouvertes aura lieu jeudi de 18 h à 21 h au Centre communautaire Front, dans le secteur Aylmer. 

Les citoyens ont jusqu'au 13 novembre pour répondre au questionnaire de consultation. 

Échéancier respecté

Par ailleurs, la STO affirme que l'échéancier a été respecté à la lettre pour son nouveau centre de transport situé en bordure de l'autoroute 50, dont la construction est quasi terminée. L'édifice, qui pourra accueillir jusqu'à 209 autobus réguliers et permettra de désengorger le garage de la rue Jean-Proulx, sera opérationnel dès janvier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer