Hausse de taxes prévue de 1,9 %

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Gatineau anticipe un surplus budgétaire de cinq à six millions de dollars en 2016, mais devra continuer de fouiller dans tous les recoins de son administration afin d'éponger, pour 2017, un déficit structurel de près de quatre millions de dollars occasionné par la volonté du conseil de maintenir à 1,9 % la hausse annuelle de la taxe foncière pour toute la durée du mandat.

Il s'agit de l'un des principaux constats de l'allocution du maire Maxime Pedneaud-Jobin sur la situation financière de la Ville de Gatineau, prononcé mardi, en ouverture du conseil municipal qui se tenait dans le secteur Aylmer. Ce discours est une obligation légale prévue à la Loi sur les cités et villes. Il marque traditionnellement le dernier droit vers l'étude du budget de l'année à venir. Ces discussions auront lieu du 7 au 10 novembre prochain. 

« Lors de la présentation du budget de 2016, l'objectif était de garder le cap sur le cadre financier et les priorités que nous avions définies en début de mandat, a rappelé le maire Pedneaud-Jobin. La Ville a alors réalisé la plus petite augmentation de dépenses de son histoire. Au moment où nous amorçons l'élaboration du budget 2017, le programme du conseil et les principes que nous nous sommes donnés gardent toute leur pertinence. »

Le conseil visera, encore cette année à limiter à 1,9 % la hausse de la taxe foncière en 2017. « Cela nous impose des contraintes et nous force à être créatifs, signale le maire. En limitant la hausse de taxe, nous provoquons un manque à gagner annuel de trois à quatre millions $, ce qui constitue un déficit structurel. Si la hausse de 1,9 % suffit à maintenir nos opérations, elle ne permet pas d'absorber les coûts de la croissance municipale. Elle nous oblige donc à constamment remettre en question nos pratiques pour les améliorer. »

Taxe dédiée

C'est dans ce contexte que les élus ont commencé à aborder une question délicate au cours des derniers mois, celle de la pertinence de conserver la taxe de 1 % dédiée aux infrastructures. « Les autres municipalités ont des augmentations annuelles de 2,2 ou 2,3 % de la taxe foncière, a signalé M. Pedneaud-Jobin, lorsqu'interpellé par les médias. À Gatineau, nous sommes à 2,9 %, mais avec une taxe dédiée de 1 % et ça devra faire partie des discussions un jour. Est-ce qu'on fait comme le font les autres villes et on élimine la taxe dédiée ? Des élus disent que non. Certains veulent même l'augmenter parce que nous n'y arrivons pas avec nos infrastructures. Quand  la commission de révision des dépenses aura atteint son objectif de dégager des économies récurrentes de 15 millions $, il faudra ou bien trouver de nouvelles avenues pour aller chercher des économies ou revoir nos choix financiers de base. C'est une grosse discussion qui n'aura cependant pas lieu lors du prochain budget. »

Le maire Pedneaud-Jobin a rappelé que la Ville de Gatineau n'arrivera pas seule à régler le déficit d'entretien de ses infrastructures qui atteint maintenant 1,3 milliard $. « Les villes sont responsables de 58 % des infrastructures publiques, alors qu'elles reçoivent 8 % des taxes et impôts payés par les contribuables, a-t-il dit. Pour réussir le rattrapage, nous avons besoin de Québec et Ottawa. »

La future commission de développement économique dévoilée la semaine prochaine

Le conseil municipal de Gatineau a adopté, mardi, une série de résolutions de nature technique devant déterminer les liens qui animeront la Ville de Gatineau et la nouvelle mouture du CLD à l'avenir. C'est cependant mardi prochain, lors d'un conseil municipal spécial, que les annonces plus significatives sur l'avenir du développement économique seront faites, a indiqué le maire Maxime Pedneaud-Jobin. C'est à ce moment que les membres qui siégeront à la commission de développement économique seront connus. «Il y aura toute une série d'annonces la semaine prochaine, ce qui marquera la fin de tout le cycle de réforme qui a été mis en branle il y a un an», a-t-il précisé. La Ville avait repoussé de quelques semaines ces annonces dans le but de trouver plus de candidates féminines afin de s'approcher le plus possible de la parité homme-femme au sein de la nouvelle commission.

Gatineau s'oppose à Énergie Est

Le conseil municipal s'est prononcé à la majorité, mardi, contre le projet d'Oléoduc Énergie Est tel que présenté actuellement par TransCanada et par le fait même contre tout projet d'oléoduc ou de pipeline qui mettrait en danger le droit de vivre des citoyens dans un environnement sain. La Ville de Gatineau devra faire connaître aux gouvernements fédéral et provincial et à la compagnie son opposition. Gatineau emboîte ainsi le pas à la communauté urbaine de Montréal et à l'Union des municipalités du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer