La FCEI rectifie le tir quant aux résultats de son palmarès

La Ville de Gatineau a fait un bon ...

Agrandir

La Ville de Gatineau a fait un bon  de la 112e position à la 48e place dans le palmarès national de la FCEI pour la qualité de son environnement d'affaires, mais il s'agit de «données préliminaires».

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La publication de «données préliminaires» sur l'environnement d'affaires dans les Villes québécoises, mais présentées comme finales dans le reste du Canada par la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) a provoqué tout un imbroglio, lundi matin, à Gatineau.

Croupissant dans les bas-fond du classement du palmarès national de la FCEI pour la qualité de son environnement d'affaires depuis des années, la Ville de Gatineau venait de faire un bon impressionnant de la 112e position à la 48e place, devant des villes comme Montréal, Québec et Toronto. 

Le cabinet du maire de Gatineau, sur la foi de ce palmarès, n'a pas tardé, par voie de communiqué, à noter l'amélioration et rappeler tous les changements apportés depuis trois ans au Service de l'urbanisme pour faciliter la vie des gens d'affaires. «La refonte complète du service de l'urbanisme, l'allègement de notre réglementation et l'amélioration des communications avec la communauté d'affaires commencent clairement à porter fruit», affirmait le maire Maxime Pedneaud-Jobin. 

La Chambre de commerce de Gatineau (CCG) a aussi publié un communiqué, mais précisant accueillir la nouvelle avec une «certaine réserve», notamment «par rapport à la réalité vécue sur le terrain par les entrepreneurs de Gatineau».

La FCEI s'est par la suite mise en mode gestion de crise, obligée de contacter LeDroit qui avait déjà publié les résultats du palmarès pour rectifier le tir. «Le travail de collecte pour les données du Québec n'est pas terminé, nous considérons ces résultats comme préliminaires dans le cas des villes québécoises», a indiqué Simon Gaudreault, économiste principal de la FCEI. 

Les données concernant un des 14 indicateurs sur lesquels se base la FCEI pour pondre son palmarès, et non le moindre, celui relevant de la taxation, sont basées sur les information de 2015, plutôt que 2016 pour les municipalités québécoises. Une fois que les bonnes données seront incluses, le palmarès tel que publié aujourd'hui pourrait changer substantiellement. 

M. Gaudreault n'a pas voulu conclure à une erreur de l'organisation qu'il représente. «C'est plutôt un choix que nous avons fait de le publier parce que les données étaient complètes pour l'ensemble des neuf autres provinces canadiennes», a-t-il affirmé. Les documents de presse n'étaient d'ailleurs disponibles qu'en anglais, lundi matin.

Dans ce contexte, la FCEI a réservé tous ses commentaires quant aux résultats des villes québécoises incluses dans leur palmarès. Un nouvelle version, complète celle-là, sera disponible en novembre.

Ottawa loin derrière le peloton pour la qualité de son environnement d'affaires

La Ville d'Ottawa se classe au 83e rang sur 121 villes canadiennes pour la qualité de son environnement d'affaires, selon le plus récent palmarès de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) sur le sujet. La capitale fédérale récolte un score de 54,5 sur 100 en vertu de trois indicateurs principaux, soit le nombre d'entreprises par habitant, les perspectives d'avenir et la taxation municipale. L'analyse de la Fédération place Ottawa tout juste devant la ville de Miramichi, au Nouveau-Brunswick, et derrière Brantford, en Ontario. Ottawa s'était classée au 76e rang, en 2015. Le palmarès, constate la FCEI, montre une tendance notable pour les régions autour des grandes métropoles canadiennes. La présence de Collingwood, à quelque 90 minutes au nord de Toronto, en première place du classement confirme cette tendance. La municipalité avait été classée au 5e rang, en 2015. Collingwood est située sur la baie Georgienne, et a une population d'un peu plus de 19 000 personnes. La municipalité est située non loin de Barrie, qui a une population de 136 000 âmes et qui occupe le 6e échelon de la liste.

LeDroit

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer